Home Société Tournée nationale – Bantè: Patrice Talon se prononce sur le retour des...

Tournée nationale – Bantè: Patrice Talon se prononce sur le retour des exilés

Tournée nationale - Bantè : Patrice Talon se prononce sur le retour des exilés
Tournée nationale - Bantè : Patrice Talon se prononce sur le retour des exilés

Le président Patrice Talon a entamé la deuxième phase de sa tournée nationale. A Bantè ce vendredi 20 novembre, le patron de la Marina a, au cours de ses échanges avec les représentants des populations, évoqué le retour des exilés.

A Bantè, les populations souhaitent que tous les fils et filles du Bénin reviennent au pays. C’est du moins ce qu’on peut retenir du discours de l’élu de la ville qui a mis l’accent sur le cas de Komi Koutché. Face à cette doléance, le président de la République a tenu un discours de vérité.

Selon les dires du chef d’Etat, il n’y a aucune volonté manifeste de rejeter certains compatriotes. Quand bien même ils ont commis des impairs, le président estime que le Bénin a besoin de tous pour sa construction. « Le Bénin ne rejettera personne. Nous avons à construire notre pays y compris avec ceux qui ont fait des impairs par le passé», a-t-il dit.

Lire aussi  Bénin - Présidentielle 2021 : Nourenou Atchadé réagit à la promesse de Talon

Cette doléance a permis au président Patrice Talon de revenir sur la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance. Pour le patron de la Marina, nul ne doit échapper à la justice s’il est appelé à rendre compte de sa gestion. Le chef d’Etat aurait donc souhaité que ceux qui ont de problème avec la justice se présentent et assument leurs responsabilités, au lieu de s’exiler.

Lire aussi  Fermeture des frontières nigérianes : la réaction du président Patrice Talon

Patrice Talon a d’ailleurs évoqué le cas de ceux qui n’ont pas pris la clé des champs et qui sont aujourd’hui traînés devant la justice. « Les Béninois qui sont devant la justice sont des frères de quelqu’un, ils sont les amis de quelqu’un. Ce qu’on doit souhaiter dans une bonne société qui doit bien fonctionner, est que ceux qui ont fait quelque chose répondent de leur acte », a-t-il laissé entendre. En clair, il n’y aura pas de mesures spéciales pour le retour de exilés. Si ces derniers sont en conflit avec la justice, ils doivent répondre.