Home Société Tchaourou : après la demande de pardon de Patrice Talon, les chasseurs...

Tchaourou : après la demande de pardon de Patrice Talon, les chasseurs réagissent

Tchaourou : après la demande de pardon de Patrice Talon, les chasseurs réagissent
Tchaourou : après la demande de pardon de Patrice Talon, les chasseurs réagissent

En se référant aux violences de 2019, qui ont marqué la ville de Tchaourou et dans lesquelles les chasseurs avaient été impliqués, le président Patrice Talon a demandé pardon. Un geste qui a été bien accueilli par ces chasseurs.

Dans le cadre de sa tournée nationale, le président Patrice Talon s’est rendu à Tchaourou. Revenant sur les violences de 2019, où les chasseurs avaient d’ailleurs montré leur mécontentement, le président de la République a tenu à présenter ses excuses et demander pardon. Quelques heures après cette déclaration du chef de l’Etat, le président de l’Association des chasseurs, Yekini Assika, a réagi. Aux dires du chasseur en chef, les propos du Chef de l’Etat montrent qu’il est le père de la nation. Au micro de Frissons Radio, il a confié : « Un père qui dit qu’il a demandé pardon, on ne peut pas refuser ».

Au sujet des mouvements d’humeur qui ont été observés la veille de l’arrivée du Chef de l’Etat, il a fait savoir qu’il s’agissait juste d’un incident qui a été vite maîtrisé. Pour qu’il y ait la réconciliation totale, Yekini Assika suggère à Patrice Talon d’envoyer une délégation qui va présenter les condoléances aux familles éplorées et marquer sa solidarité aux personnes blessées. « Il y a des gens qui sont morts, il y des blessés. Il peut envoyer des gens dans les maisons », a-t-il déclaré. Il ne s’agit pas d’une question d’argent, mais plutôt de soutien moral, a-t-il conclu.

Lire aussi  Bénin - Présidentielle 2021: Patrice Talon annonce sa candidature à ses partisans

Il est à rappeler que Tchaourou et Savè ont été violemment marquées par les manifestations électorales de 2019. Les affrontements entre forces de l’ordre, chasseurs et citoyens ordinaires ont causé de nombreux dégâts. À en croire le Colonel Spéro Gouchola, il y a eu des dégâts matériels et corporels. « Des maisons ont été brûlées, des boutiques incendiées, un commissariat de la localité a été littéralement brûlé. Nous avons également des véhicules gros-porteurs qui ont été vandalisés, les pneus dégonflés et mis sur la voie pour empêcher la circulation », a-t-il affirmé. Au sein de l’armée, plusieurs blessés ont été notés, ainsi que dans le rang de la population.

Lire aussi  Yopougon - Désobéissance civile: affrontements entre manifestants et policiers ce jour