HomeSociétéJ’ai demandé à Dieu de me révéler ce qui se passe après...

J’ai demandé à Dieu de me révéler ce qui se passe après la mort et une choses bizarre s’est produite

J'ai demandé à Dieu de me révéler ce qui se passe après la mort et une choses bizarre s'est produite
J'ai demandé à Dieu de me révéler ce qui se passe après la mort et une choses bizarre s'est produite

Comme vous, il m’arrive souvent de m’interroger sur ce qui se passe après la mort. Y a-t-il une vie qui nous attend, ou c’est le vide, la fin ? Plusieurs fois, je me suis agenouillé en priant, demandant à Dieu de me révéler ce qui advient de l’homme à la suite de son trépassement. J’ai beaucoup insisté dans mes prières…

Une nuit, pendant que je dormais profondément, une voix m’a parlé au fond de moi : « Louis-César, tu veux vraiment découvrir ce qui se passe après la mort ? »

Je vous assure, amis lecteurs. Je vous en parle avec la chair de poule. La voix qui me parlait intérieurement était si vivante, si réelle ! Je l’entendais au fond de moi, et elle avait une certaine assurance effarante. J’ai répondu avec l’esprit, que oui, je voulais savoir ce qui se passe quand on meurt.

Lire aussi  Roger Milla : ce qu'il dit de Diego Maradona après sa mort

Les secondes qui ont suivi, j’ai été pris de froid, puis je me suis senti en train d’être transporté très loin vers là haut. J’avais comme perforé mon toit pour être téléporté par le vent. Je voguais, au dessus de la pesanteur, l’impression de traverser les nuages et de m’enfoncer vers des profondeurs célestes. Je m’éloignais dans une vitesse, comme une fusée. Ça devenait de plus en plus effrayant et j’ai souhaité arrêter le voyage. C’est alors que la voix m’a redemandé : « César, qu’est-ce qui se passe. Tu veux toujours savoir ce qui se passe après la mort ou pas ? On y va ? » Mon esprit a hurlé non ! Je me suis débattu pour refuser, afin de faire demi-tour. Le périple s’est arrêté, et je me suis réveillé tout d’un coup dans mon lit, des larmes aux coins de l’œil.

Lire aussi  États-Unis : Minneapolis s’embrase après la mort d’un Afro-Américain tué par la police

Il était 2 heures du mat’ quand j’ai regardé l’horloge. Ai-je manqué de courage ? Vous savez la sensation que j’avais ? Je vous jure qu’en continuant à me laisser transporter vers les gouffres célestes, en fait, j’étais en train de mourir, de »douff, djo ». Je pourrais avoir tort, mais c’est ce que j’ai ressenti. Si je ne faisais pas demi-tour, je serais mort. J’ai échappé belle, je suis certain d’avoir échappé à la mort.

Louis-César BANCÉ
Témoignage d’un vécu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here