HomeSociétéCoronavirus : le ministre de la santé explique la gestion des corps...

Coronavirus : le ministre de la santé explique la gestion des corps des victimes de la pandémie au Bénin

benintimes-coronavirus-le-ministre-de-la-sante-explique-la-gestion-des-corps-des-victimes-de-la-pandemie-au-benin-01
benintimes-coronavirus-le-ministre-de-la-sante-explique-la-gestion-des-corps-des-victimes-de-la-pandemie-au-benin-01

Dans son interview sur la chaine de l’Ortb, le ministre de la santé explique comment se fait la gestion des corps des victimes de la pandémie du coronavirus, une fois le décès prononcé. D’après le ministre, les enterrements ne peuvent se faire que par des personnels de santé formés à cet effet.

Le Bénin a franchi le seuil des 1000 cas de contamination du coronavirus. Vu l’expansion des cas, et les nombreuses polémiques que soulève la gestion de la pandémie au Bénin, le ministre la santé, Benjamin Hounkpatin a décidé de clarifier les choses. Invité sur le journal télévisé du soir, du jeudi 25 juin 2020 à l’Ortb, le ministre a abordé la gestion de la pandémie dans tous les sens, même la gestion des corps. D’après les dires du ministre, l’enterrement des personnes mortes du coronavirus se fait dans des conditions prédéfinies et très spécifiques.

Lire aussi  Agression de Ganiou Soglo : Kemi Seba fait une sortie musclée

« L’enterrement se déroule dans les conditions particulières qui sont définies par des normes internationalement reconnues par les structures de santé publique au niveau mondial », a-t-il affirmé. Le ministre affirme que surtout en cette période de pandémie, la manipulation d’un corps peut s’avérer aussi être contagieuse. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les enterrements sont uniquement confiés à des agents de santé formés pour cause. « Les parents restent loin. On veille à ce que les rites religieux se déroulent pour respecter la dignité de la personne décédée », déclarent le ministre.

Lire aussi  Coronavirus: le bilan en Afrique ce 21 mai

Le ministre, en conclusion, appelle la population au respect des gestes barrières pour éviter le pire. « Nous respectons beaucoup nos parents, nos proches, préservons-les en respectant les mesures barrières », a-t-il exhorté. Il rappelle aussi qu’aux premiers signes de la maladie, de mettre la honte de côté et de se déclarer, car plus la prise en charge est rapide et tôt, plus le patient a de grandes chances d’être guéri.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here