HomeSociété« Ce n’est pas l’opposition qui manifeste, mais des apprentis terroristes »,...

« Ce n’est pas l’opposition qui manifeste, mais des apprentis terroristes », Alain Orounla

« Ce n’est pas l’opposition qui manifeste, mais des apprentis terroristes », Alain Orounla
« Ce n’est pas l’opposition qui manifeste, mais des apprentis terroristes », Alain Orounla

A la veille de la présidentielle de ce dimanche 11 avril, Alain Orounla, le ministre porte-parole du gouvernement, est revenu, dans une interview accordée à Deutsche Welle, sur les manifestations enregistrées dans le centre du pays et qui ont fait un mort et six blessés.

Depuis ce mardi 5 avril au Bénin, des incidents ont éclaté dans plusieurs villes du centre et du nord du pays. En cause, la polémique sur la date de fin du mandat présidentiel de Patrice Talon. Pour Alain Orounla, ministre de la Communication et de la Poste et porte-parole du gouvernement, « ce n’est pas l’opposition qui manifeste ».

« Il y a eu effectivement des échauffourées qui sont l’œuvre de badauds, de vils individus recrutés sans doute, par des mercenaires et d’apatrides, qui ont été drogués et armés pour semer de troubles, dans quelques villes, dans quelques localités, bien circonscris. », a déclaré Alain Orounla. « Pendant deux jours, notre gouvernement a pris de la hauteur, à considérer que, bien qu’illégales, ces manifestations n’étaient que des mouvements d’humeur qui ne mettaient pas en péril la paix publique et la vie des Béninois. Mais, dès lors que cette tolérance a été perçue comme une faiblesse et compte tenu des risques de paralysie de certains axes routiers, des risques d’atteinte et de troubles à l’ordre public, et des menaces qui commençaient à peser sur les citoyens, le gouvernement a pris ces responsabilités en instruisant les forces de défense de dégager ces routes. Donc, il ne s’agit pas de manifestations qui auraient été repoussées, mais de vandalismes, de saccages qui ont été prévenus et repoussés. », a affirmé le ministre.

Lire aussi  Bénin : Rosine Soglo envoie un message à Patrice Talon et à Madougou

« La République sera toujours au-dessus de ces velléités »

A la question d’une crainte de communautarisation de ces manifestations, Alain Orounla s’est montré très rassurant. « Il n’y a aucune crainte. Notre pays est une Nation. Nous essayons d’en faire une grande Nation et le peuple béninois, dans sa diversité est pour la paix, et n’est pas pour cette communautarisation »« Ce n’est pas des manifestations citoyennes, sinon, nous n’aurions aucune raison, ni aucun motif de les empêcher. Il s’agit d’actes d’agression, il s’agit d’apprentis terroristes qui veulent menacer la paix et la tranquillité », a précisé le porte-parole du gouvernement.

« Le Bénin est un pays qui est un et indivisible et aucune communauté ne peut s’opposer à une autre en dépit des appels irresponsables de certains de nos dirigeants du passé. Répondant à Deutsche Welle Radio qui demande de savoir s’il fait allusion à la « main » de l’ancien président, Thomas Boni Yayi, qui est issu de cette partie du pays où les gens manifestent, Alain Orounla a déclaré que « je ne veux voir la main de personne, mais je vous fais constater que certains hommes politiques ont tenu des discours irresponsables, ont appelé à l’insurrection et ont même financé ces troubles ». « Mais, je n’ai pas d’éléments qui permettent d’indexer plus particulièrement notre ancien président qui, c’est vrai, a eu des dérapages verbaux alors même qu’il était au pouvoir, et a appelé les siens à venir combattre les autres. »

« Ces villes [ les villes du nord, Ndrl] n’ont pas été assiégées par hasard. C’est des villes dans lesquelles, nous avons déjà connu quelques difficultés, puisqu’il s’agit de la région, à peu de choses près, d’origine de notre ancien président, d’un certains nombres de soi-disant exilés mais qui sont plutôt des repris de justice qui, avec les sous qui ont été accumulés, essaient d’entretenir des partisans ou des mercenaires pour enrayer le processus. Force reste à la loi, la République sera toujours au-dessus de ces velléités. », a indiqué Alain Orounla, ministre de la Communication et de la Poste et porte-parole du gouvernement.

Lire aussi  Bénin: un taxi-moto interpellé avec plus d’une dizaine d’armes à feu à Sinendé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here