HomeSociétéBénin: Joël Aïvo envoyé devant la Criet

Bénin: Joël Aïvo envoyé devant la Criet

Bénin: Joël Aïvo envoyé devant la Criet
Bénin: Joël Aïvo envoyé devant la Criet

En garde à vue après son audition jeudi 15 avril 2021, Joël Aïvo est envoyé devant le procureur spécial près la CRIET ce vendredi 16 avril. L’opposant sera auditionné en même temps que son financier également interpellé.

Joël Aïvo et son financier envoyés devant le procureur spécial près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Le candidat recalé de la présidentielle passée au Bénin est conduit de la Brigade criminelle vers la juridiction spéciale à Porto-Novo dans l’après-midi de ce vendredi 16 avril 2021, apprend Frissons radio. L’information a été confirmée à Banouto par d’autres sources proches de l’opposant.

A la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, l’ancien doyen de la Faculté de droit et de science politique (FADESP) de l’Université d’Abomey sera présenté au procureur spécial, Mario Mètonou. L’opposant béninois devrait être auditionné par le procureur spécial, en même temps que son financier interpellé ce vendredi 16 avril 2021.

Lire aussi  Bénin: adoption du 4è rapport d'activités de Vlavonou par les députés

Candidat recalé du Front pour la restauration de la démocratie (FRD) à la présidentielle du dimanche 11 avril 2021, Joël Aïvo a été interpellé jeudi 15 avril 2021 alors qu’il revenait de l’Université d’Abomey. Après son interpellation, le professeur de droit constitutionnel a été conduit à la Brigade criminelle où il a été auditionné puis placé en garde à vue.

Dans une publication dans laquelle elle fait le récit de l’arrestation du constitutionnaliste, la cellule de communication de Joël Aïvo explique qu’il est soupçonné de complot contre l’autorité de l’Etat et appel à manifestation insurrectionnelle.

Lire aussi  Bénin: Emmanuel Tiando quitte la CENA après la proclamation des résultats provisoires

L’interpellation de Joël Aïvo intervient aux lendemains des manifestations violentes enregistrées dans certaines localités du pays suite à l’appel à manifester contre la prorogation du mandat du président Patrice Talon. L’opposition estime que la prorogation du mandat du chef de l’Etat béninois d’une cinquantaine de jours à la suite de la réforme constitutionnelle intervenue en novembre 2019 est illégale et que le mandat entamé le 6 avril 2016 prend impérativement fin le 5 avril 2021 à minuit. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here