Home Société Affaire Carlos Adohouannon: la tache noire du quinquennat de la Rupture ?

Affaire Carlos Adohouannon: la tache noire du quinquennat de la Rupture ?

Affaire Carlos Adohouannon : la tache noire du quinquennat de la Rupture ?
Affaire Carlos Adohouannon : la tache noire du quinquennat de la Rupture ?

Les cinq ans du président Patrice Talon n’ont pas été dans son ensemble mauvais, mais cette affaire de disparition de Milliards est comme une épée de Damoclès qui pourrait peser sur le travail abattu par le régime de la rupture. L’affaire Carlos Adohouannon est-elle la tache noire du quinquennat de la Rupture ?

Les Béninois n’oublieront jamais cette affaire puisqu’à chaque fois qu’on se rappellera de ces cinq ans de la rupture on n’oubliera pas non plus ce scandale financier de disparition de plusieurs milliards à la Direction générale des impôts (DGI). Quand bien même la justice a pris le dossier en main et que le principal accusé est déjà jeté en prison, il n’en demeure pas moins qu’un scandale financier ait secoué le quinquennat du président Patrice Talon, à l’instar des régimes précédents.

Lire aussi  Affaire disparition de 4 milliards à la DGID: Carlos Adohouannon fait de graves révélations

On peut affirmer sans risque de se tromper que l’affaire ICC Services, sous Yayi Boni, n’est pas encore jetée aux oubliettes. Sans oublier « L’affaire Sonacop » et « Titan » gate, sous Kérékou. Juste, le point délicat ici est que bon nombre de Béninois ont pris ce régime comme le plus « parfait », à qui rien n’échappe. Mais hélas, ce scandale financier est un véritable coup dur pour le chantre de la Rupture.

Lire aussi  3è mandat de Condé et Ouattara: Patrice Talon donne son avis

Il est évident que les opposants au régime en place feront recours à cette affaire pour la prochaine présidentielle. Tout comme l’actuel régime a chanté en son temps, la mauvaise gouvernance du régime défunt du fait notamment de l’affaire ICC Services.

Cette affaire fait partie des passifs du quinquennat de l’actuel chef d’Etat quand bien même des actifs sont énumérés. Donc, on ne peut jurer de rien une fois qu’on n’a pas fait l’expérience de l’exercice de la magistrature suprême.