Home Politique Violences au Bénin: Irénée Agossa demande aux autorités de sévir

Violences au Bénin: Irénée Agossa demande aux autorités de sévir

Violences au Bénin: Irénée Agossa demande aux autorités de sévir
Violences au Bénin: Irénée Agossa demande aux autorités de sévir

Irenée Agossa se dit fondamentalement opposé à toute violence dont la finalité est la conquête du pouvoir politique. Sur la chaîne de télévision e-télé, l’ancien leader estudiantin est revenu au cours d’une émission hier dimanche 9 mai 2021, sur les actes de violences enregistrés dans certaines localités (Tchaourou, Savè, Bantè…) lors de l’élection présidentielle du 11 Avril dernier. Pour le Président de la Dynamique Restaurer la confiance, la justic e doit faire preuve de fermeté à l’encontre des auteurs et instigateurs de ces événements.

La justice doit avoir la main lourde dans le dossier des attaques subies par le Bénin au début du mois d’Avril dernier, pense Irenée Agossa. « Il faut sanctionner avec la dernière rigueur tout ce qui peut conduire à l’atteinte de l’ordre républicain quelque soit la personne ou la structure. Il faut sanctionner. Nous, nous sommes totalement contre. C’est pour cela que nous réaffirmons que notre principe est basé sur une alternance à travers les urnes » a indiqué le candidat malheureux à la dernière présidentielle au Bénin.

Lire aussi  Bénin: Joël Aïvo évoque trois faits majeurs qui ont endommagé la qualité de la démocratie

Il ajoute qu’on ne peut encourager de telles choses dans une démocratie. « C’est regrettable que le bénin et le Togo soient à ce niveau. Qu’on fasse en sorte que nous puissions renforcer nos services de renseignements de part et d’autre » a-t-il indiqué. Il aussi demandé que les investigations aillent dans le sens de la découverte de « l’origine de ces munitions qui n’ont pas été fabriquées au Togo, encore moins au bénin » pour bloquer les sources d’approvisionnement.

Lire aussi  Bénin: plusieurs présumés cybercriminels arrêtés à Porto-Novo

Il va finir sur le sujet en regrettant le manque d’engagement et de patriotisme des populations du pays pendant que le pays était agressé. « L’armée est le dernier rempart de la République. Mais le peuple est le dernier rempart de la démocratie » a-t-il conclu.

Source : LPH

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here