Home Politique Valentin Djènontin : sous Talon, le Bénin est descendu de son piédestal...

Valentin Djènontin : sous Talon, le Bénin est descendu de son piédestal démocratique

Valentin Djènontin : sous Talon, le Bénin est descendu de son piédestal démocratique
Valentin Djènontin : sous Talon, le Bénin est descendu de son piédestal démocratique

Exilé à paris depuis un bon moment, Valentin Djènontin suit de près la gestion qui est faite du pouvoir par le président de la République du Bénin, Patrice Talon. Pour l’ancien député de l’Assemblée nationale du Bénin, la démocratie béninoise est à terre.

L’ancien député de l’Assemblée nationale du Bénin, redoutable opposant au régime du président Patrice Talon, Valentin Djènontin est revenu sur le code électorale qui a subi de modification tout récemment, de son point de vue. Même si selon les députés il s’agit d’une loi interprétative, ce qui fait mal à l’ancien parlementaire, c’est l’adoption de ce texte en juin alors que 26 maires élus avaient déjà été installés avec le code de 2019 entre le 28 et 30 mai 2020. Suite au vote et à la promulgation de cette loi interprétative, on assiste à la désignation de 51 autres maires parce que le nouveau texte l’autorisait.

Lire aussi  Bénin: l’USL appelle à une assise nationale

Valentin Djènontin a fait savoir qu’« Avec les élections communales du 17 mai 2020, le Bénin compte des conseillers élus sous un même empire juridique mais des maires élus ou désignés relevant de deux empires juridiques différents ». Il affirme que ces 51 maires ont été désignés et installés entre les 6 et 8 juin 2020 « dans la  plus grande illégalité au regard du code électoral, code électoral révisé, code électoral re-révisé ».

Pour preuve, il brandit l’article 192 nouveau alinéa 2 et 5 de la loi du 04 juin 2020 portant interprétation et complétant la loi du 15 novembre 2019 portant code électoral. L’alinéa 2 dispose que « La désignation ou l’élection du maire et de ses adjoints a lieu lors de la séance d’installation du conseil communal ou municipal, dans les quinze jours qui suivent l’annonce des résultats de l’élection communale nonobstant les recours éventuels ». Donc à compter du 20 mai 2020, date de proclamation des résultats des élections communales du 17 mai 2020, le délai légal d’installation et d’élection/ désignation des maires est échu le 04 juin 2020 au plus tard. Ce qui a amené Valentin Djènontin à dire que ces maires ont été désignés et installés dans la plus grande illégalité.

Lire aussi  Coronavirus au Bénin : 2 décès et 69 cas positifs (OMS)

Egalement, l’ancien ministre de Yayi Boni a porté des critiques contre la désignation des maires consacrée par la loi interprétative. « Pour épargner au Trésor Public des dépenses inutiles pour l’organisation des élections , ne vous est-il pas loisible de procéder simplement à la nomination des sous-préfets et des commis au parlement (…)? », une interrogation qu’il a posée. Pour finir il affirmera que l’Etat béninois sous le régime Talon est un état violé et descendu de son piédestal démocratique.