HomePolitiqueProrogation du mandat de Patrice Talon: la réplique de Alain Orounla à...

Prorogation du mandat de Patrice Talon: la réplique de Alain Orounla à Boni Yayi

Présidentielle au Bénin: les mises en garde du gouvernement contre les actes de violence
Présidentielle au Bénin: les mises en garde du gouvernement contre les actes de violence

Vingt-quatre heures après la déclaration de l’ancien président, Boni YAYI sur la prorogation du mandat de Patrice Talon, la réplique du gouvernement béninois ne s’est pas faite attendre. Le Ministre de la Communication, Alain Orounla a réagi à la faveur du point de presse du conseil des ministres. Sans passer par quatre chemins, le porte-parole du gouvernement a fait savoir que l’ex-locataire de la Marina n’est pas une institution.

Dans un post diffusé sur sa page Facebook le mardi février 2021, l’ancien président, Boni YAYI, a écrit que le mandat de l’actuel locataire de la Marina « prend bel et bien fin le 05 avril 2021 à 00 h 00 mn 00s conformément à son serment le 06 avril 2016 ». Interrogé sur cette déclaration de l’ex-président Boni YAYI, Alain Orounla a déclaré que, « notre ancien président est un ancien président. C’est une autorité morale dans le pays, ce n’est pas une institution. Une institution, c’est le parlement. C’est la cour constitutionnelle ».

Pour lui, il n’en est pas question de mettre fin au mandat du président Talon. « Je crois que le président Yayi et tous les autres candidats et acteurs politiques devraient contribuer à l’amélioration de la réforme et à l’enracinement de notre démocratie plus tôt que de provoquer des motifs de contrariété dans ce qui se fait et se fait bien. Ce qui a été adopté par le peuple représenté par le parlement », a laissé entendre le porte-parole du gouvernement.

Lire aussi  Bénin – Mandat unique: Patrice Talon convaincu de la position de l’opposition

Après cette invitation à la classe politique, il a lâché que la loi modificative de la constitution du 11 décembre 1990 propose un calendrier électoral auquel le président-candidat se conforte. « Il est superflu ou superfétatoire de vouloir discuter sur les termes d’un mandat qui s’achève ou pas le 06 avril 2021 », a indiqué Alain Orounla.

Abondant dans le même sens, le ministre de la communication a ajouté que « nous avons un président, Patrice Talon qui est en fin de mandat et qui est candidat pour un second mandat. En l’absence d’un autre président, je ne vois pas l’intérêt de provoquer ce débat puisqu’il n’y a pas de vide ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here