HomePolitiqueGaniou Soglo : trois semaines après son agression, l’ex-ministre se prononce à...

Ganiou Soglo : trois semaines après son agression, l’ex-ministre se prononce à nouveau

Ganiou Soglo : trois semaines après son agression, l'ex-ministre se prononce à nouveau
Ganiou Soglo : trois semaines après son agression, l'ex-ministre se prononce à nouveau

Évacué pour des soins en France après son agression, l’ancien ministre des sports, Ganiou Soglo prend une fois encore la parole et accuse. A couteaux tirés avec les autorités judiciaires du Bénin qui, dans un premier temps, ont déploré la rétention d’informations au sujet de son agression du vendredi 05 février dernier, l’ancien ministre Ganiou Soglo a réagi.

Selon les informations du journal Matin Libre, à son tour, l’ancien président des Requins FC de l’Atlantique, déplore la lenteur que connaît l’enquête entamée, pour faire la lumière sur son agression. Criblé de plusieurs balles dans la commune d’Abomey-Calavi alors qu’il se rendait à une réunion politique dans sa ferme, les auteurs du crime commis sur le fils de l’ancien président Nicéphore Soglo, sont pour l’instant non identifiés.

Lire aussi  Ganiou Soglo de retour au Bénin

Dans un communiqué rendu public, le 16 février 2021, le procureur du tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi, Aubert Kodjo, « a fait savoir qu’aux termes des recherches préliminaires et au vue des informations recueillies, il n’est pas possible d’identifier le ou les acteurs de cette agression ni de déterminer le ou les mobiles ». Mais il a précisé qu’une information judiciaire a été ouverte pour la manifestation de la vérité.

Or, de son côté, le candidat recalé à la présidentielle du 11 avril prochain prend quant à lui, la parole et « rassure avoir répondu à toutes les questions évidentes à lui posées par les éléments de la police républicaine », selon les sources du journal. Dans ce jeu de ping-pong, les proches de la victime estiment par ailleurs que « le pouvoir en place n’est pas pressé de retrouver les auteurs ».

« Un jour ou l’autre, les assassins seront démasqués et bientôt, les masques vont tomber. Et, chacun rendra compte de ses forfaits », a déclaré Ganiou Soglo qui dénonce depuis Paris, une nonchalance dans le dossier. En attendant la lumière sur ce nébuleux, on espère du côté de la famille que l’ancien ministre retrouvera la plénitude de son état pour après coup, briser la glace et situer tout le monde.

Lire aussi  Génocide rwandais : Félicien Kabuga pourrait ne jamais être jugé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here