HomePolitiqueFin du FCFA : le parlement béninois interpelle le gouvernement sur l’Eco

Fin du FCFA : le parlement béninois interpelle le gouvernement sur l’Eco

Fin du FCFA : le parlement béninois interpelle le gouvernement sur l'Eco
Fin du FCFA : le parlement béninois interpelle le gouvernement sur l'Eco

Un député du parlement béninois a adressé mardi 22 décembre 2020 une question orale au gouvernement de Patrice Talon relative à l’abandon du Franc CFA au profit de l’Eco. Il a voulu savoir si l’Eco est une monnaie de l’UEMOA ou de la CEDEAO.

A qui appartient la nouvelle monnaie Eco? A la CEDEAO ou à l’UEMOA ? Selon des informations rapportées par la radio nationale, le député Jean-Pierre Babatoundé a invité le gouvernement Talon à expliquer à la représentation nationale ce qu’il en est de l’Eco après les déclarations du président ivoirien de remplacer le Franc CFA par cette monnaie.

Lors d’une session mardi 22 décembre 2020 en présence des représentants du gouvernement béninois, les députés béninois ont fait observer que la décision de mise en service de l’Eco en 2020 est un objectif fixé par les États membres de la CEDEAO depuis 1983. Ils ont estimé que la décision du président ivoirien a été prise sans aucune consultation des parlements ouest-africains, détaille radio Bénin

Lire aussi  Bénin: la FBF tranche pour la saison 2019-2020

«Quelle est la version officielle des faits? Quelle est la position effective du gouvernement béninois dans la déclaration faite par le président ivoirien le 21 décembre 2019?  L’Eco est-elle la monnaie de l’UEMOA ou de la CEDEAO? Que devons-nous attendre comme caractéristiques de la monnaie Eco? Pourrait-on avoir un tableau comparatif du Franc CFA et celle de l’Eco? ». Telles sont les cinq questions du député Jean-Pierre Babatoundé à l’endroit du gouvernement béninois.

Lire aussi  Bénin- Communales 2020 : Donklam Abalo opte pour un report

Le gouvernement béninois représenté par le ministre de la justice Sévérin Quenum a demandé aux parlementaires d’accorder plus de temps pour une réponse appropriée à ces préoccupations. « Nous appartenons à un espace communautaire. Nous avons des engagements vis-à-vis de nos autres partenaires. Les réponses aux préoccupations légitimes de la représentation nationale méritent qu’elles soient les plus amples », a-t-il expliqué. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here