HomePolitiqueBénin – Violences électorales: le gouvernement ne s’arrête plus

Bénin – Violences électorales: le gouvernement ne s’arrête plus

Bénin - Violences électorales: le gouvernement ne s'arrête plus
Bénin - Violences électorales: le gouvernement ne s'arrête plus

Le ministre Alain Orounla, porte-parole du gouvernement, a été interrogé sur le déroulement de la campagne électorale et sur les pertes en vies humaines enregistrées dans certaines localités du Bénin. Il a déploré les morts et pointé du doigt des « apatrides » comme instigateurs de ces troubles.

La campagne électorale pour l’élection présidentielle qui a eu lieu le 11 avril dernier au Bénin, a été entachée de violences dans certaines localités du pays, notamment à Savè et à Bantè. Au moins deux personnes ont été tuées dans ces violences et une certaine peur s’est installée dans les esprits des béninois avant le vote. Dans des appels lancés, des personnalités de l’opposition ont appelé ces manifestants à ne pas lâcher prise et à « poursuivre des manifestations pacifiques ».

Interrogé sur la question des violences sur France24 après l’annonce de la victoire du président Patrice Talon, le ministre de la communication Alain Orounla, a déploré les pertes en vies humaines occasionnées par ces troubles, mais a également pointé du doigt, ceux qui, selon lui, sont les principaux instigateurs de ces mouvements de violences.

Lire aussi  Bénin - Coronavirus : pour avoir exigé le port de masque à son client, un zem se fait tabasser

« Je ne me satisfais pas lorsqu’il y a pertes en vies humaines comme il y en a un peu partout quand des élections sont organisées en général. Je ne peux me satisfaire lorsqu’on a fauché la vie à des gens, comme ça peut arriver même dans les plus belles capitales », a indiqué Orounla à propos des morts enregistrés pendant les violences en pleine campagne électorale.

Le porte-parole du gouvernement soutient cependant qu’il « faut savoir à qui imputer la responsabilité de ces forfaits ». « Cette responsabilité incombe malheureusement, à des béninois mais à des apatrides, à des renégats qui, pour leurs ambitions personnelles, pour la conquête du pouvoir, qui n’osent pas engager dans un processus démocratique, ont engagé des mercenaires payés, drogués et armés par cette opposition de détracteurs qui n’est pas le fait du gouvernement », a martelé Orounla.

Lire aussi  Dijon-Saturnin Allagbé: l'international béninois pose un beau geste envers un fan

Notons que l’élections présidentielle a eu lieu dimanche 11 avril 2021 et la Commission électorale nationale autonome (CENA), a déjà proclamé les résultats provisoires de cette consultation du peuple. Sans grande surprise, le président Patrice Talon a été réélu dès le premier tour avec une large majorité de 86% des voix sur un taux de participation d’un peu plus de 50%. La Cour constitutionnelle proclamera les résultats définitifs dans quelques jours.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here