HomePolitiqueBénin: un parti pro-Talon autorise ses élus à parrainer des candidats de...

Bénin: un parti pro-Talon autorise ses élus à parrainer des candidats de l’opposition

Bénin: voici ce qu'a fait Patrice Talon après le décès de son DC
Bénin - Présidentielle 2021: voici le nombre de parrainage obtenu par Patrice Talon

Le président béninois Patrice Talon salue des figures de la classe politique lors du dialogue national à Cotonou.

Le parti Union progressiste (UP), un des grands blocs de la mouvance Talon autorise ses élus à « parrainer tout candidat soutenu par un parti ayant une existence légale ». En clair, les élus de la majorité peuvent donner leur parrainage aux candidats de l’opposition. Une décision prise au cours d’une réunion du bureau politique élargi, tenu ce samedi 16 janvier à Abomey-Calavi.

L’opposition n’obtient toujours pas la suppression des 16 parrainages de député ou de maires, exigés à tout candidat, disposition contre laquelle elle se bat, parce qu’elle n’a pas d’élu. Mais avec les consignes de l’Union progressiste, elle peut espérer les parrainages des élus de la mouvance

Lire aussi  Mamadou Koulibaly : "c'est le peuple ivoirien qui est souverain et non la France"

« Le bureau politique de l’Union progressiste donne mandat à la direction exécutive nationale pour inviter les députés et les maires élus sur les listes de l’Union progressiste à parrainer aux poste de président de la République et de vice-président de la République, tout candidat soutenu par un parti politique ayant une existence légale », spécifie la résolution lue samedi devant plus de 300 délégués par Antoine Idji Kolawolé, membre du bureau politique.

Lire aussi  Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, des ivoiriens quittent le pays

Patrice Talon avait promis, lors de sa tournée nationale, une compétition ouverte, avec la participation des candidats de l’opposition. Des sources informées, rapportent que fin décembre, le chef de l’Etat aurait réuni ses troupes dans ce sens.

Les consignes formulées en ces termes excluent de fait l’Union sociale libérale de Sébastien Ajavon qui n’a pas d’existence légale. Un militant de l’USL considère que c’est le président Talon qui choisit ses adversaires.

Les partis d’opposition FCBE, ex-parti de Boni Yayi, Restaurer l’espoir de Candide Azanaï et Les Démocrates n’ont pas encore fait de déclaration officielle pour faire part de leur position.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here