Home Politique Bénin – Rénovation du Palais de la Marina : la réaction de...

Bénin – Rénovation du Palais de la Marina : la réaction de Candide Azannaï

Candide Azannaï:
Candide Azannaï: "Je ne suis un souffre-douleur de personne, quiconque m’insulte sera insulté"

Au Bénin, la rénovation du Palais de la Marina continue de susciter des réactions. Cette fois-ci c’est au tour de Candide Azannaï de se prononcer. L’ancien ministre de la défense trouve que cette rénovation est une villageoiserie pittoresque au sommet de l’État.

Selon Candide Azannaï, la nouvelle présentation des locaux de la Présidence ; du jardin jusqu’aux meubles de salon, est une « villageoiserie pittoresque au sommet de l’État ». Il est clair que l’ancien député n’apprécie pas les choix faits dans le cadre de cette rénovation. « Le 1er Août dernier, jour de commémoration de notre fête nationale, ce fut une villageoiserie pittoresque, des fleurs ternies par les fantômes des innocentes victimes abattues par le pouvoir despotique, des tapis imbibés d’un rouge noirci qui écumaient le macabre, des panneaux de couloirs assombris tels par des fantômes et des lumières lugubres pour abuser de vous »a-t-il laissé lire.

Lire aussi  Bénin : nouvelle attaque dans le parc W

Candide Azannaï est encore plus déçu lorsqu’il a découvert le salon d’audience du président de la république, ce jeudi 03 septembre 2020. « Depuis hier, c’est une autre villageoiserie. Un bambou de jardin, ou un rotin de terrasse ou de piscine ne doivent jamais remplacer des meubles de salon. Si vous voyez ça au sommet de l’État, offusquez-vous car vous devrez dénoncer des recours à des villageoiseries qui ne visent qu’à vous confondre à des ignorants et qu’à abuser de vous », a-t-il indiqué.

Lire aussi  Retrait du Bénin de la CADHP : Joël Aïvo se prononce

Pour Candide Azannaï, chaque élément a sa place et son usage dans des contextes bien définis et nul ne saurait prendre la place de l’autre. « On ne remplacera pas une cuillère à café par une cuillère à soupe encore moins une tasse à dessert par une tasse à moka. A chaque lieu, à chaque style son usage consacré », a laissé entendre l’ancien député.