HomePolitiqueBénin: Lionel Zinsou tire à boulets rouges sur Patrice Talon

Bénin: Lionel Zinsou tire à boulets rouges sur Patrice Talon

Bénin: Lionel Zinsou tire à boulets rouges sur Patrice Talon
Bénin: Lionel Zinsou tire à boulets rouges sur Patrice Talon

Le challenger du second tour de Patrice Talon en 2016, Lionel Zinsou était sur TV5 hier jeudi 29 avril 2021. Au cours de l’entretien, il a longuement abordé la situation politique délétère au Bénin suite au scrutin du 11avril dernier. Voici un florilège des déclarations.de l’ancien premier ministre du Bénin.

« Nous sommes dans un régime autoritaire »

« Nous n’avons plus de libertés publiques »

« La sécurité des opposants n’est pas garantie »

« Il y a des pressions sur les magistrats »

« Le président Talon réélu en 2021 ? Non, l’histoire ne se passe pas comme ça »

« Les gens qui sont aux affaires ont peur, parce qu’ils se disent est-ce qu’on peut aller plus loin dans la provocation avec une base aussi étroite ? »

« Quand une population souffre, quand des jeunes de 20 ans sont dans des prisons pour des délits d’opinion, quand ils sortent des prisons, ils sont renforcés dans leur conviction »

AU SUJET DE SA CONDAMNATION 

« L’accusation n’a pas fourni ni au Tribunal ni à ma défense, les preuves qui auraient pu être entachées de « faux ». Aucun document n’a été fourni. Aucun document ne pouvait être fourni. Je vais simplement interjeter appel de la décision et j’irai au bout des recours.

Dans un pays comme le nôtre, qui était un peu comme le symbole de la règle de droit, la démocratie, l’alternance, quoi qu’on pense de ses chances en appel, c’est important de défendre le droit.

Je ne dirai pas que mon cas ne m’intéresse pas. Je ne dirai pas que je n’ai pas envie de défendre mon honneur. Je ne dirai pas que je ne suis pas scandalisé. Mais je ne suis pas très important. Ce qui est important, c’est de faire valoir la vérité et le droit.

Lire aussi  Coronavirus : de nouveaux décès au Bénin

J’étais bouleversé par vos images sur la mémoire de l’esclavage. Nous, nous avons la mémoire du droit et de la démocratie au Bénin. En Afrique, nous étions un symbole.

Le besoin du droit aujourd’hui est très vif…

CRITIQUES ACERBES CONTRE LA JUSTICE 

La justice est-elle à la botte du pouvoir Exécutif ? Beaucoup de gens, la majorité dans le pays, répondraient oui à votre question.* Mais, moi, j’ai la liberté de dire qu’il y a des pressions sur les magistrats. Je connais beaucoup de magistrats. Il y a des magistrats honnêtes et intègres. Il y a des justes parmi eux. Il faut donner une chance à la vérité. Je ne désespère pas. Mais pour répondre à votre question, les Béninois ne font plus confiance à l’appareil judiciaire.

LEGISLATIVES 

MONOCOLORES 

J’étais un peu préparé émotionnellement et intellectuellement à ce verdict. Il m’a été annoncé, venant du pouvoir Exécutif, informellement, il y a six mois*. Quand vous organisez des élections législatives sans l’opposition et avec 10 à 15 % des voix vous avez 100% des députés, ce n’est pas pour que deux ans plus tard vous ayez une élection présidentielle ouverte. *C’est l’acte 2 d’une pièce un peu dramatique dans laquelle il n’y a pas eu véritablement de législatives.* Le monde entier s’en était ému. Toute l’Afrique autour de nous s’en était émue. Le Nigéria, le Ghana…Toute l’Afrique francophone s’en était émue. *On ne prend pas tous ces risques politiques sans préparer des élections en 2021 sans compétition, sans concurrence. J’étais l’un des derniers à ne pas être encore incriminé. Je clos la liste des premiers vagons des gens inéligibles.

LE CAS YAYI

Ce qui s’est passé avec le président Yayi Boni est inadmissible. *C’est vrai que ça s’est passé avec d’autres personnes qui se sont aujourd’hui réfugiées, accueillies même en France et ailleurs comme réfugiés politiques, ce qui aurait été impossible il y a quelques mois, parce que le Bénin était sur la liste des pays dits sûrs, la liste des Etats de droit*. Le président Yayi Boni est devenu un symbole incroyable, il a été séquestré sans droits, sans le droit de voir ses avocats et son médecin, sans même aucun prétexte judiciaire. *Près de 30 chefs d’Etat sont intervenus auprès du président du Bénin. Ce qui a milité en faveur de la libération du président Yayi Boni, c’est le soulèvement de la population du Nord.* C’est un symbole terrible. Le président Talon a fait du président Yayi Boni, un héros de la liberté. C’est assez paradoxal. Mais c’est ça qui s’est produit. Il est obligé de se tenir au secret. *Aujourd’hui, la sécurité des opposants n’est pas garantie. Vous avez vu même avec les correspondants de TV5 Monde et France24, c’est difficile pour eux de faire leur métier. Vous avez vu pour la première fois de notre histoire qu’on a brouillé RFI. Nous n’avons plus de libertés publiques. Nous sommes dans un régime autoritaire… Les populations ne laisseront pas se mettre en place ce projet autoritaire.*

Lire aussi  Bénin: la consommation de la Chicha interdite

Le président Talon réélu en 2021 ? Non, l’histoire ne se passe pas comme ça. Avec 100% des députés, jusqu’aux élections législatives, la population souffrait, avec les mesures antisociales et arbitraires, beaucoup de gens avaient peur. Maintenant, les gens qui sont aux affaires ont peur aussi, parce qu’ils se disent est-ce qu’on peut aller plus loin dans la provocation avec une base aussi étroite ? *Aucune élection n’est jouée à l’avance quand même bien on a éliminé les potentiels compétiteurs. Le peuple a opté pour le boycott à 85%, d’une certaine manière.

Source : AFKM

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here