HomePolitiqueBénin – Crise sociopolitique : le médiateur de la République invité à...

Bénin – Crise sociopolitique : le médiateur de la République invité à se prononcer

Bénin - Crise sociopolitique : le médiateur de la République invité à se prononcer
Bénin - Crise sociopolitique : le médiateur de la République invité à se prononcer

Le Bénin a traversé ces derniers jours, une crise sociopolitique à l’image de celle de 2019 qui s’est manifestée par de violentes manifestations.

Si plusieurs voix se sont levées pour déplorer la situation de crise actuelle, la voix du médiateur de la République ne s’est point fait attendre.

A travers des échanges sur la situation du Bénin sur la tribune de CODER Bénin, faits par visioconférence ce dimanche 11 Avril, Madame Célestine Zanou a fortement désapprouvé le silence de Joseph Gnonlonfoun.

Dans ses interventions, la présidente de la dynamique du changement, Madame Célestine Zanou, ne s’explique pas le silence du médiateur de la république sur la crise profonde qui secoue le Bénin.

Lire aussi  Bénin : voici la liste modifiée des enseignants aspirants

Selon elle, dans d’autres pays, on a vu à de pareilles occasions, des médiateurs interpeller leur chef d’Etat pour exiger des explications sur une situation donnée.

« Le médiateur de la république doit être interpellé. On n’est pas médiateur juste pour occuper une fonction » , martèle Célestine Zanou.

Elle précise qu’elle comprend qu’on évolue dans un système où on empêche les cadres de s’exprimer; cependant, affirme-t-elle, Joseph Gnonlonfoun doit donner de la voix avant qu’on ne lui demande de se taire, car c’est lui qui occupe aujourd’hui le fauteuil de médiateur.

Lire aussi  Bénin: un homme recherché pour avoir égorgé son frère à Kalalé

Evoquant le niveau de dégradation de la situation sociopolitique du pays, l’ancienne directrice de cabinet civile du président Mathieu Kérékou estime que l’unique voie de sortie de la présente crise, est une assise nationale au cours de laquelle il faut aborder toutes les questions qui n’ont pas été traitées en 1990, et instituer de fortes balises pour que plus jamais, le reniement de l’Etat auquel on assiste aujourd’hui, n’ait encore droit de cité.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here