HomePolitiqueBénin: Bertin Koovi s’attaque à la Cour Africaine

Bénin: Bertin Koovi s’attaque à la Cour Africaine

Bertin Koovi: sa mission est de
Bertin Koovi: sa mission est de "désamorcer la tension"

L’ex-opposant Bertin Koovi reproche à la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) de s’ingérer dans les affaires internes du Bénin.

Bertin Koovi n’apprécie pas les décisions de la Cour africaine contre le Bénin. Dans un communiqué en prélude à sa rencontre officielle avec le président Patrice Talon , l’ex-opposant Bertin Koovi s’en est pris à la Cour africaine sur ses décisions contre l’État béninois. « J’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai choisi la date du mardi 06 avril 2021 (pour rencontrer le président Patrice Talon, ndlr). Un brin provocateur, j’ai choisi ladate de la fin de la dernière provocation de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples », a-t-il écrit pour faire allusion aux décisions de cette juridiction contre le Bénin.

Bertin Koovi qui se dit chef de l’opposition véritable à Patrice Talon estime que les décisions de la Cour africaine ne sont plus ni moins qu’une intrusion dans les affaires internes du Bénin. « Peuple béninois, ce qui se joue n’est plus une question juridique mais une question d’ingérence dans les affaires internes du peuple béninois, cela est intolérable », dénonce-t-il.

Lire aussi  Recours sur la Vice-présidence au Bénin: la Cour Djogbénou tranche

En novembre 2020, la Cour africaine a ordonné au Bénin de suspendre la révision de la Constitution du 11 décembre 1990 intervenue le 1 novembre 2019 et certains textes de lois. L’arrêt de la Cour africaine a par conséquence annulé la prorogation du mandat du président Talon autorisée lors de la réforme constitutionnelle de novembre 2019. En rendant cette décision, la Cour africaine a renvoyé le Bénin à l’ancienne constitution de février 1990. Mais les actuelles autorités du Bénin n’ont pas respecté cette décision de la Cour africaine.

Pour le président de l’Alliance Iroko, Bertin Koovi, les arrêts de la Cour ne sont que pures provocations depuis que l’opposition a décidé de prendre part à la présidentielle du 11 avril 2021. « Dès que le plus grand parti de l’opposition intérieure a présenté un président et un vice-président selon le code électoral de la réforme et que la plus grande coalition de l’opposition intérieure a aussi présenté un président et un vice-président selon le code électoral de la réforme, candidat qui est un expert des nations unies pour le droit constitutionnel, c’est que les arrêts de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples sont caduques car rejetés par accord partie des acteurs politiques du Benin », souligne-t-il.

Lire aussi  Agression par balles: Ganiou Soglo a quitté le Bénin

Bertin Koovi affirme ne pas comprendre donc cet « acharnement » de la Cour africaine contre le Benin. « J’ai décidé de soutenir Patrice Talon contre vents et marées, pour exprimer le désaccord de l’opposition véritable au Benin, quant à cette instrumentalisation de la justice internationale », a ajouté l’ex-opposant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here