HomeJusticeCriet : voici les grands dossiers gérés par Gilbert Togbonon

Criet : voici les grands dossiers gérés par Gilbert Togbonon

Criet : voici les grands dossiers gérés par Gilbert Togbonon
Criet : voici les grands dossiers gérés par Gilbert Togbonon

Premier procureur spécial près de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), Gilbert Ulrich Togbonon est appelé à d’autres fonctions. Mercredi 06 janvier 2020, il a été nommé directeur adjoint de cabinet au ministère de la justice. Retour sur les grands dossiers politico-judiciaires qu’il a connus à la CRIET.

Le magistrat Gilbert Ulrich Togbonon quitte ses fonctions de procureur spécial de la CRIET. La décision a été prise mercredi 06 janvier 2021 en Conseil des ministres. Gilbert Ulrich Togbonon a été remplacé par l’ex-procureur de la République près le tribunal de Cotonou, Mario Mètonou. Togbonon prendra désormais ses quartiers au cabinet du ministre de la justice et de la législation dirigé par Sévérin Quenum. Il y est en effet nommé directeur adjoint de cabinet.

Si ce haut magistrat s’en va de la CRIET, l’homme aura marqué l’esprit des Béninois par les grands dossiers politico-judiciaires dont il avait la charge.

L’Affaire Sébastien Ajavon

En juillet 2018, le procureur Gilbert Ulrich Togbonon alors en poste au tribunal de Cotonou est désigné pour gérer une nouvelle juridiction spéciale : la CRIET. Il est promu procureur spéciale. Moins de trois mois après sa nomination, le procureur doit gérer en octobre 2018 l’un de ses premiers plus grands dossiers : l’affaire trafic de drogue présumé, impliquant Sébastien Ajavon. Dans ce nouveau dossier, Sébastien Ajavon avait déjà été acquitté au bénéfice du doute par le tribunal de Cotonou en novembre 2016. Le procureur Togbonon exige la présence de l’ex-soutien de Patrice Talon à la présidentielle 2016. Ajavon qui s’est déjà réfugié en France ne s’y présentera jamais.

Lire aussi  Bénin : un militaire écope de 10 ans de prison pour détournement de deniers publics

L’opposant envoie alors ses avocats français pour plaider sa cause à la CRIET. Sébastien Ajavon est reconnu coupable et condamné à 20 ans de prison et à 5 millions franc FCFA pour trafic de cocaïne. Un mandat d’arrêt international est décerné à son encontre par la CRIET.

Le dossier ICC-Services

L’un des plus grands dossiers vidés sous le procureur Togbonon à la CRIET reste le dossier d’escroquerie, ICC-Services. Cette affaire pendante devant la justice béninoise depuis 2010 est à nouveau ouvert en janvier 2019. Le procès est alors diffusé en direct sur la radio nationale du Bénin. Les principaux accusés dans l’affaire comparaissent. Des présumées victimes sont aussi entendues à la barre. 

Après trente-deux jours de procès, le verdict tombe. La CRIET ordonne le remboursement de tous les spoliés et condamne à de lourdes peines les personnes à l’origine de l’affaire ICC-Services.

L’affaire KGB

En février 2020, le procès de l’homme d’affaires béninois, Kikissagbè Godonou Bernard alias « KGB », extradé du Togo, est ouvert devant la CRIET. Les Béninois découvrent l’histoire d’un homme cité dans une affaire d’escroquerie et de blanchiment de capitaux. Les plaignants sont un Français, un Franco-Libanais et l’Etat béninois.

Lors du procès, le ministère public représenté à l’époque par le procureur Togbonon requiert 04 ans de prison ferme et demande à la Cour de faire droit aux victimes de KGB qui réclamaient 6,1 milliards francs CFA. La Cour spéciale va condamner finalement KGB à 5 ans de prison ferme et 5,5 milliards francs d’intérêts civils.

Lire aussi  CRIET : 5 condamnés ont bénéficié de la grâce présidentielle en 2020

Koutché condamné

En avril 2020, la CRIET connait du dossier du Fond national de microfinance (FNM) dans lequel l’ex-ministre des finances, Komi Koutché est poursuivi pour mauvaise gestion et détournement. Au terme de son procès, l’ex-argentier national du Bénin est reconnu coupable des faits mis à sa charge.

L’ex-ministre réfugié aux États-Unis est condamné à 20 ans de réclusion criminelle et 500 millions franc CFA d’amende. Un mandat d’arrêt international est délivré à son encontre par la juridiction spéciale.

Léhady Soglo et Séverin Adjovi, deux ex-maires en sursis

Léhady Soglo et Séverin Adjovi, respectivement anciens maires de Cotonou et Ouidah ont été condamnés par la CRIET en juin 2020. Léhady Soglo a été condamné à 10 ans de prison ferme et 5 millions d’amende dans une affaire de malversation financière à la mairie de Cotonou.

Jugé pour fraudes fiscales, blanchiments de capitaux et escroquerie, Sévérin Adjovi a écopé de 7 ans de prison. Au civil, l’ex-maire de Ouidah a été condamné  à payer aux sociétés Etisalat et Télécel Bénin, toutes deux parties civiles, à titres de dommages et intérêts respectivement la somme de 500 millions et 200 millions franc CFA d’amende.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here