Home Justice Bénin : voici le verdict de la Criet dans le dossier Komi...

Bénin : voici le verdict de la Criet dans le dossier Komi Koutché

Bénin : voici le verdict de la Criet dans le dossier Komi Koutché
Bénin : voici le verdict de la Criet dans le dossier Komi Koutché

À l’issue du procès dans le dossier de l’ancien ministre Komi Koutché et ses complices, la Criet a donné son verdict. Komi Koutché écoper de 20 ans de réclusion criminelle et d’une lourde amende.

L’affaire sur le « fonds national de microfinance », impliquant l’ancien ministre des Finances, Komi Koutché et d’autres personnes, a touché à sa fin dans la nuit du vendredi 03 avril au samedi 04 avril 2020 à la Criet.

Le procès a été suspendu quelques heures après avoir commencé par le président des céans, car Komi Koutché n’a pas été de la partie. À la reprise du procès, les jurys ont statué et ce dernier a été jugé par contumace. La cour a retenu contre ce dernier, 20 ans de réclusion criminelle et une amende de 100 millions.

Quant à ses complices, détenus depuis deux ans, Edenakpo Babanonla et Koundé Yves, ils écoperont chacun de 7 ans de prison et 100 millions d’amendes.

Les deux autres impliqués dans l’affaire, Sidi Ali et Vincent Michodjehoun, ont été acquittés par le juge. Les coupables reconnues dans ce dossier sont accusés de détournement et de blanchissement de capitaux dans le cadre de leur gestion du Fonds national de la microfinance.

Cependant, bien avant le procès, les avocats de Komi Koutché se sont présentés le 7 février 2020, devant un consortium d’organisations européennes et américaines de défense des droits de l’homme. Devant le consortium, à l’appui de plusieurs documents de « désapprobation d’Interpol », ces derniers ont exposé les faits de violation des droits dont serait victime leur client.

Une violation qui selon eux, remonte depuis l’affaire qu’ils ont nommée « fabrication de dossier d’audit monté de toutes pièces », passant par son arrestation le 14 décembre 2018 à Madrid, en Espagne. Ceci, bien avant qu’un mandat d’arrêt invalide certifié le jour même de son arrestation, ne soit pas envoyé.

Les avocats ont exposé la filature organisée par les autorités béninoises, dont aurait été victime leur client. Ils ont aussi parlé de plusieurs tentatives d’enlèvement sur leur client qui a été déjoué. Ils ont profité de l’occasion pour présenter des dispositions du comité international, des documents exclusifs, des échanges de correspondances avec Interpol, et certaines unités policières. Selon eux, ces documents inconnus du grand public montrent comment le dossier pouvait être truqué.