Home Justice Bénin: les dessous de l’arrestation du procureur de Kandi

Bénin: les dessous de l’arrestation du procureur de Kandi

benintimes-benin-les-dessous-de-l-arrestation-du-procureur-de-kandi-01
benintimes-benin-les-dessous-de-l-arrestation-du-procureur-de-kandi-01

Interpellé par les forces de l’ordre, le procureur de la ville de Kandi au Bénin, a été arrêté pour diverses raisons. Plusieurs autres autorités de la ville seront aussi présentées à la Criet les jours à venir.

Ce vendredi 22 mai 2020, le substitut du procureur de la République après le tribunal de deuxième instance de deuxième classe de Kandi, a été présentés devant le procureur spécial de la cour de répression des infractions économique et du terrorisme (CRIET), Gilbert Togbonon.

En effet, le substitut a été arrêté depuis le lundi 18 mai 2020. Il serait accusé de corruption et de participation à une entreprise terroriste. D’après les faits, le substitut du procureur aurait relâché un suspect dans un dossier de terrorisme. Indignés par ce relâchement, certains agents de la police républicaine, ont fait part du dossier, à la hiérarchie.

Lire aussi  Côte d'Ivoire : un Béninois fortement armé interpellé par les forces ivoiriennes de l'ordre

Aussitôt, ce dossier qui paraît grave a été repris avec beaucoup plus d’attention. Pour justifier son acte, le substitut a déclaré n’avoir trouvé aucune preuve incriminant contre le suspect. Cependant, ses dires ont été rapidement contestés.

Les agents de la police républicaine, affirment avoir en leur possession des preuves très accablantes contre le suspect. Ainsi, pour comprendre les dessous de cette affaire, le procureur de la Criet a ordonné, l’appréhension de toutes les personnes liées d’une manière ou d’une autre au dossier.

Lire aussi  Côte d'Ivoire : Mabri Toikeusse mis en quarantaine, sa démission attendue

C’est dans ce sciage que le procureur de la république près le tribunal de deuxième instance de deuxième classe de Kandi, a été lui aussi interpellé.

Outre ce dernier, le directeur départemental de la police républicaine de l’Alibori et le directeur des services et liaison, sont vivement attendus à la Criet d’ici le lundi prochain, pour se justifier sur les faits.