HomeInternationalYémen – Explosion à l’aéroport d’Aden : le bilan est lourd

Yémen – Explosion à l’aéroport d’Aden : le bilan est lourd

Yémen - Explosion à l'aéroport d'Aden : le bilan est lourd
Yémen - Explosion à l'aéroport d'Aden : le bilan est lourd

Au moins 26 personnes sont mortes et des dizaines d’autres ont été blessées ce mercredi 30 décembre à l’aéroport d’Aden, la grande ville du sud du Yémen. Bilan de plusieurs explosions qui ont eu lieu à un moment bien particulier : alors que le nouveau gouvernement d’union du Yémen atterrissait à Aden, pour commencer à y travailler.

Selon des médias et des témoins présents à l’aéroport, les déflagrations ont retenti alors que l’avion transportant les dirigeants yéménites s’était posé sur la piste et au moment où des responsables commençaient à en sortir. Une épaisse fumée noire jaillissait d’un bâtiment de l’aéroport tandis que des débris étaient projetés aux alentours, suscitant la panique parmi les personnes présentes, selon les images diffusées par la chaîne de télévision saoudienne Al-Hadath.

Lire aussi  Explosion d'un véhicule à Yopougon, les passagers brûlés vifs

Des coups de feu ont également été entendus. Pour l’instant, rien n’indique que des membres du gouvernement aient été touchés. « Nous allons bien », a tweeté le nouveau ministre des Affaires étrangères Ahmed ben Moubarak.

Un nouveau gouvernement d’union formé sous l’égide de l’Arabie saoudite

Le ministre de l’Information Mouammar al-Iryani a accusé sur Twitter les rebelles Houthis d’avoir mené cette « attaque terroriste ». Les explosions n’ont cependant pas été revendiquées, mais le nouveau gouvernement du Yémen ne manque pas d’ennemis. Les Houthis, mais aussi les groupes djihadistes al-Qaïda et État islamique, ont par le passé mené des attaques visant le gouvernement yéménite et ses partisans.

Lire aussi  Nigéria: une partie de l’aéroport de Lagos partie en fumée

Cette équipe – formée le 18 décembre dernier – réunit d’une part le camp du président Abed Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale, et, d’autre part, des séparatistes du Sud du Yémen. L’alliance entre ces deux forces a été secouée par différente crises durant ces six dernières années. La dernière réconciliation en date a été obtenue par l’Arabie saoudite, le principal soutien régional du président yéménite Abed Rabbo Mansour Hadi.

Le nouveau gouvernement d’union est censé afficher un front uni contre la rébellion chiite des Houthis. Soutenus par l’Iran, les Houthis contrôlent de vastes territoires du Yémen, y compris Sanaa, la capitale. C’est pourquoi Aden, dans le sud du pays, abrite depuis des années le gouvernement officiel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here