HomeInternationalViolences au Niger: l’ONU et la CEDEAO s’invitent

Violences au Niger: l’ONU et la CEDEAO s’invitent

Violences au Niger: l'ONU et la CEDEAO s'invitent
Violences au Niger: l'ONU et la CEDEAO s'invitent

L’ONU et la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont condamné jeudi les violences survenues au Niger à la suite de l’annonce des résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle du 21 février.

Dans un communiqué conjoint l’ONU et la Commission de la CEDEAO ont pris note de l’annonce des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante du Niger. Rappelant les conclusions de la mission d’observation de la CEDEAO, elles félicitent le peuple nigérien pour la grande mobilisation et la participation pacifique au scrutin présidentiel.

« La CEDEAO et les Nations Unies condamnent fermement les actes de violences survenus suite à la proclamation des résultats provisoires et appellent toutes les parties prenantes à la retenue », écrivent les deux institutions dans leur communiqué conjoint.

Lire aussi  ONU: la Chine appelle l’administration de Donald Trump à s’acquitter de ses dettes

Les deux organisations invitent les parties prenantes « à se conformer aux dispositions légales qui garantissent le déroulement pacifique du processus électoral, notamment à celles relatives aux procédures de règlement des contentieux électoraux, et les encouragent à œuvrer ensemble afin de conduire le processus électoral à son terme ».

La CEDEAO et les Nations Unies renouvellent leur disponibilité à accompagner le peuple nigérien dans ses efforts pour consolider la paix et la démocratie.

Lire aussi  Présidentielle guinéenne : violences contre le cortège du Premier ministre (Photos)

La Commission électorale nationale indépendante a proclamé mardi la victoire du candidat du pouvoir Mohamed Bazoum avec 55,7% des voix face à celui de l’opposition Mahamane Ousmane, qui a contesté ces résultats et s’est proclamé vainqueur avec 50,3%. Depuis, des troubles ont lieu à Niamey, la capitale, et d’autres villes du pays, des manifestants descendant dans les rues et s’en prenant aux forces de l’ordre qui ont répliqué à coups de gaz lacrymogènes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here