HomeInternationalTrois chinois assassinés en Zambie en plein coronavirus

Trois chinois assassinés en Zambie en plein coronavirus

Trois chinois assassinés en Zambie en plein coronavirus

En pleine crise du Coronavirus, trois chinois ont été assassinés dans une usine chinoise de vêtements. Face à un tel acte, les autorités zambiennes ont ouvert une enquête pour que les responsabilités soient situées.

La police zambienne a réussi à mettre la main sur trois individus soupçonnés d’être auteurs de l’assassinat de trois ressortissants chinois, dont ils ont trimbalé les corps avant de les brûler. Sur le crime « barbare » du dimanche dernier, le ministre de l’intérieur, Stephen Kampyongo a fait la promesse d’une enquête complète. Les faits se sont produits dans l’usine de vêtements appartenant aux ressortissants chinois. Le crime survient dans le contexte d’une répression qui a suscité polémique dans la capitale, Lusaka, contre les entreprises chinoises accusées de discrimination à l’égard des Zambiens.

Selon BBC, les tensions ont commencé par naître après des informations selon lesquelles, des directeurs d’usines chinoises auraient obligé les employés à passer la nuit au travail pour limiter la propagation du Coronavirus. Il faut rappeler que la Zambie a enregistré 920 cas de Coronavirus.

L’ambassade chinoise en Zambie a laissé entendre que les meurtres étaient « des actes de violence épouvantables et vicieux ». Le motif de l’attaque qui a eu lieu dans la banlieue de Makeni dans la capitale du pays, n’est pas clair, a fait savoir la police zambienne. La porte-parole de la police, Esther Katongo, a confié au radiodiffuseur public ZNBC que l’une des personnes arrêtées avait pris la fuite vers la ville de Ndola, à quelques 310 km au nord de Lusaka.

Ces dernières semaines, l’autorité communale de Lusaka, Mile Sampa avait mené une opération ayant pour but de mettre sous verrou des entreprises appartenant à des Chinois, précisément des salons de coiffure et des restaurants, après que des habitants aient formulé des plaintes de discrimination. Il a en plus publié sur Facebook des messages y compris des vidéos, concernant ses raids impromptus dans des usines chinoises où le traitement réservé aux travailleurs n’était pas meilleur.

Lire aussi  Coronavirus : le Bénin a enregistré environ 1 300 cas positifs (officiel)

Dans une vidéo, il confronte les directeurs chinois d’une usine de montage de camions à leur politique de rétention des travailleurs et leur donne l’ordre de permettre aux travailleurs zambiens de rentrer chez eux. Le maire de Lusaka, Mile Sampa, membre du parti au pouvoir, ne s’est pas prononcé sur ces meurtres. Il s’est heurté au gouvernement à propos de son opération contre les entreprises chinoises. Toutefois, le maire a porté des accusations contre ses collègues pour n’avoir pas pris au sérieux les rapports sur la discrimination contre les Zambiens, selon BBC.

A en croire le site d’information chinois, Global Times, géré par l’État, l’attaque de dimanche a été sans doute provoqué par des Zambiens qui ont eu une mauvaise compréhension des bonnes intentions de certaines entreprises chinoises qui ont récemment intimé l’ordre aux employés de ne pas rentrer chez eux après leur travail pour limiter les risques de propagation du coronavirus.

Lire aussi  Coronavirus: le bilan en Afrique ce 06 mai

Un Chinois vivant en Zambie, cité par le Global Times, a affirmé que « cela est interprété par les locaux comme une privation de leur liberté ». Le ministre zambien des affaires étrangères, Joseph Malanji, a redonné l’assurance aux investisseurs étrangers. Il leur a fait savoir que la Zambie est pour eux, une destination sûre. « C’est quelque chose de regrettable… c’est l’anarchie et ce gouvernement ne tolérera pas l’anarchie », a-t-il affirmé mardi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here