HomeInternationalTransfert pacifique du pouvoir: Trump contredit par le chef des républicains au...

Transfert pacifique du pouvoir: Trump contredit par le chef des républicains au Sénat

Transfert pacifique du pouvoir : Trump contredit par le chef des républicains au Sénat
Transfert pacifique du pouvoir : Trump contredit par le chef des républicains au Sénat

Le président américain, Donald Trump, qui refuse de s’engager dans un transfert pacifique du pouvoir vient d’être contredit par le chef des républicains au Sénat. Selon Mitch McConnell, le transfert pacifique du pouvoir est fondamental pour la démocratie américaine; sans cela, c’est la Bielorussie.

Mitch McConnell, chef des républicains au Sénat des Etats-Unis a contredit le locataire de la Maison Blanche sur le transfert du pouvoir au cas où il ne sera pas vainqueur à la prochaine présidentielle. Il s’est engagé hier à ce qu’il y ait une « transition en bon ordre », aux lendemains de la prochaine présidentielle, comme cela a toujours été le cas depuis 1972. Sur le réseau social de l’oiseau bleu, il a aussi laissé lire que le vainqueur de la présidentielle « sera investi le 20 janvier ». Des propos qui ne concordent pas avec ceux tenus par Donald Trump.

Lire aussi  Crise malienne : l'Imam Dicko appelé à intégrer le gouvernement

En répondant à un journaliste, le président américain avait refusé de s’engager à un transfert pacifique du pouvoir s’il perd le scrutin de novembre. Lors d’une conférence de presse à Washington, il avait laissé déclaré: « Il va falloir que nous voyions ce qui se passe ». Des propos qui avaient été d’une manière forte, condamnés, même dans le rang des républicains, et ce, en dépit de ses dires. C’est par exemple le cas du sénateur républicain Mitt Romney.

Lire aussi  Donald Trump: son avocat se prononce sur ses allégations de fraude électorale

« Le transfert pacifique du pouvoir est fondamental pour notre démocratie; sans cela, c’est la Bielorussie. Toute suggestion par un président qu’il puisse se soustraire à cette garantie constitutionnelle est à la fois impensable et inacceptable » a-t-il laissé lire sur Twitter. La consternation a été également observée dans le rang des démocrates, où Joe Biden a dénoncé les propos de Donald Trump. « Dans quel pays vivons-nous ? Je plaisante à peine. Je veux dire, dans quel pays sommes-nous ? Il dit les choses les plus irrationnelles, je ne sais pas quoi dire » a-t-il insisté.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here