Home International Recul des libertés: le Bénin cité dans un rapport de CIVICUS

Recul des libertés: le Bénin cité dans un rapport de CIVICUS

Recul des libertés: le Bénin cité dans un rapport de CIVICUS
Recul des libertés: le Bénin cité dans un rapport de CIVICUS

Depuis quelques temps, le Bénin connaît beaucoup plus de régression sur le plan de démocratie selon les publications des instances en la matière. Ce mardi 13 octobre 2020, le CIVICUS a, dans un rapport montrant le recul des droits civils et politiques en Afrique de l’Ouest avant les élections, cité le Bénin.

Ce rapport de 63 pages de CIVICUS est intitulé: « Dégradation de l’espace civique avant les élections dans les pays francophones de l’Afrique de l’ouest » Études de cas : Bénin, Côte d’Ivoire, Guinée, Niger et Togo/Octobre 2020. Dans ce rapport, l’accent est mis sur une chute rapide des libertés civiques et des normes démocratiques en Afrique de l’Ouest francophone.

En effet, l’organisation dénonce que les chefs d’Etat mettent de côté les limites du mandat et obligent l’opposition et ceux de la pro-démocratie à clouer le bec. La Guinée et la Côte d’Ivoire sont les deux nations mises en exergue par CIVICUS. L’une organise la présidentielle le 18 octobre, et l’autre le 31 du même mois.

Lire aussi  Bénin: des morts et des blessés dans un accident de circulation au carrefour Vèdoko (Toyota)

Cas du Bénin, le Niger et le Togo

Soulignant que les deux pays cité là-haut organisent leurs élections ce mois, CIVICUS fait un rappel. « Le vote débutera en Guinée et en Côte d’Ivoire plus tard ce mois-ci, suivi des élections au Burkina Faso (novembre), au Niger (décembre-janvier) et au Bénin (avril). Le Togo a déjà eu une élection présidentielle contestée en février 2020 », peut-on lire dans ce rapport.

« Au Togo, en Guinée et en Côte d’Ivoire, la violence et les tensions politiques sont alimentées par le refus des présidents de démissionner. Au Bénin, des changements récents dans les conditions d’éligibilité signifient que les membres de l’opposition pourraient ne pas être en mesure de se présenter à la présidence, tandis que la Côte d’Ivoire, le Niger et le Burkina Faso sont confrontés ou sortent de conflits armés violents qui sont utilisés pour justifier des lois répressives et Stratégies. En outre, les restrictions introduites en réponse à la pandémie du COVID-19 et les groupes armés qui se répandent du Sahel vers le golfe de Guinée rendent les situations politiques plus volatiles.« 

Rapport CIVICUS 2020

Lire aussi  Bénin: un agent distributeur de cartes d’électeur gardé au commissariat pour fraude

Notons que CIVICUS a également fait cas des perturbations d’Internet, l’arrestation de centaines d’activistes et de journalistes pro démocratie et le meurtre de dizaines de manifestants pacifiques lors de manifestations organisées au cours des trois dernières années dans la région ouest-africaine.