HomeInternationalProf Léandre Sahiri : «Monsieur Dramane, il ne te reste plus qu’à...

Prof Léandre Sahiri : «Monsieur Dramane, il ne te reste plus qu’à fuir ou à périr»

Prof Léandre Sahiri : «Monsieur Dramane, il ne te reste plus qu'à fuir ou à périr»
Prof Léandre Sahiri : «Monsieur Dramane, il ne te reste plus qu'à fuir ou à périr»

Face à la crise qui prévaut actuellement en Côte d’Ivoire, des voix s’élèvent. Le Professeur Léandre Sahiri a envoyé un message fort au président Alassane Ouattara dans lequel il lui a fait savoir qu’il ne lui reste plus qu’à fuir ou à périr.

La crise en cours en Côte d’Ivoire a obligé certaines personnalités du pays à sortir de leur mutisme. Le Professeur Léandre Sahiri a envoyé un message fort au président Alassane Ouattara dans lequel il lui a fait savoir qu’il ne lui reste plus qu’à prendre ses jambes au cou ou à périr. Lire ci-dessous son message :

Monsieur Dramane,

Tu es un mauvais cadeau
A nous offert par Soro
Et

Nous sommes déterminés
A aller jusqu’au bout
Pour avoir ta peau
Afin de nous payer comptant
Tous les sangs innocents versés de nos parents

Depuis que tes pieds ont foulé
Le sol de nos aïeux
Tout le monde le sait.
Monsieur Dramane,
Tu es un tyran
Pour pouvoir matérialiser ta vengeance

Au regard de tes frustrations et humiliations subies
Pour pouvoir réaliser
Et ton rêve d’enfance
Et ton ambition déraisonnée

De voir ton nom inscrit
Dans les livres d’histoire
Tu t’es emparé de notre trône

Sans passer par la voie des urnes
Tout le monde le sait.
Monsieur Dramane,
Tu es un tyran
C’est indûment et illégalement

Par la violence et par la force des armes
Que
Tu as usurpé le pouvoir.
Et depuis lors
Sur le sol de nos aïeux

Tu n’as eu cesse
Avec tes proches, tes caciques et tes partisans zélés
D’abuser du pouvoir de notre Etat
Et
Comme si cela ne te suffisait pas
Tu entends
Au mépris de notre Constitution et de nos lois

Te pérenniser au pouvoir
Et régner à vie nos vies
Tout le monde le sait.
Monsieur Dramane,
Tu es un tyran
Oui ! Tout le monde le sait

Dès lors que tu es arrivé au pouvoir
Tu as écarté ou éliminé
Des milliers de nos parents
Soit en les privant de leurs emplois et de leurs avoirs
Soit en les contraignant à l’exil
Soit en les mettant en résidence surveillée

Soit en les faisant arrêter et condamner à de longues peines de prison
Soit en les astreignant à mourir
Par le refus de leur prise en charge médicale
Par le gel de leurs avoirs
Par des empoisonnements

Par des génocides
Par des attaques diverses…
Et
De ce point de vue
Les morts
De Bohoun Bouabré à Jean-Jacques Béchio

En passant par les populations Wê
Ne se comptent pas
Tout le monde le sait.
Monsieur Dramane,
Comme tout tyran

Tu nous as inlassablement gouvernés
De manière absolue et oppressive
En confisquant et en violant nos droits et nos libertés
En nous imposant des trucs

Dont nous n’avons ni envie, ni besoin
En donnant force de lois
A tes caprices et à tes ordonnances
En transformant notre pays
En une immense prison-à-ciel-ouvert
En t’appuyant

Sur une justice instrumentalisée
Sur des forces de l’ordre à tes ordres
Sur une garde sur-armée
Et renforcée par des dozos et des microbes qui
Dans nos villes et villages
Au quotidien et impunément

Sèment la terreur et commettent des crimes.
Mais,
Monsieur Dramane,
Tiens-toi bien !
Cela ne te rend pas immortel
Puisque

Aucun être humain ne naît immortel
Aucun être humain n’est éternel.
Monsieur Dramane,
A ton investiture

Le samedi 22 août 2020 à Abidjan
Dans ton discours va-t-en guerre
Tu as déclaré que « nul ne peut échapper à son destin »
Alors
Tôt ou tard

Tu rencontreras ton destin
Le destin qui t’attend
Le destin que tu mérites
Le destin auquel tu ne peux échapper
Le destin dont tu es seul responsable.
Monsieur Dramane,

Comme tous les tyrans de ton espèce
Lesquels ont peu ou prou duré au pouvoir
Lesquels ont ou fui ou péri
Péri de mort violente, parfois très violente
Parce que
Leur pouvoir démentiel a fini par être insupportable

Tu vas quitter la scène politique
Comme tu y es entré
Et finir
Dans les poubelles de l’histoire

Comme Amin Dada, Ben Ali, Yahya Jammeh,
Blaise Comparé et autres, poussés à la fuite par la rue
Comme Hitler mort carbonisé
Comme Mussolini pendu par les pieds
Comme Saddam Hussein pendu par le cou

Comme Omar El-Béchir qui a fini derrière les barreaux
Comme Trujillo, arrivé et parti par la violence.
Monsieur Dramane,
A n’importe quel homme qui
Par la force

Par la violence
Porte atteinte aux droits des autres
On a le devoir de mettre fin à son règne
Alors

Nous sommes déterminés
A aller jusqu’au bout
Envers et contre tous ceux et toutes celles qui
A nos dépens

Te supportent, te soutiennent, t’encensent
Malgré tout le mal que tu nous fais
Te suivent dans le mal

T’encouragent à continuer de perpétrer le mal.
Monsieur Dramane,
Pour notre salut

Pour restaurer la démocratie
Nous sommes déterminés
A aller jusqu’au bout
Et bien assurément

Nous mettrons fin
A ton règne que tu crois sans fin.
Eh oui !
Monsieur Dramane,
Dans l’état actuel des choses

Ta fin est dans l’ordre des choses
Ce n’est plus qu’une question de jours
Tes heures sont comptées
Il ne te reste plus que
A fuir ou à périr !

Par Prof LÉANDRE SAHIRI

(Docteur en Lettres, écrivain, militant pour les libertés et les Droits des hommes et des peuples).

Lire aussi  Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara frappé par un deuil

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here