HomeInternationalProcès Thomas Sankara : la Côte d’Ivoire invitée à extrader Compaoré

Procès Thomas Sankara : la Côte d’Ivoire invitée à extrader Compaoré

Procès Thomas Sankara : la Côte d'Ivoire invitée à extrader Compaoré
Procès Thomas Sankara : la Côte d'Ivoire invitée à extrader Compaoré

Paul Sankara et sa famille souhaitent voir Blaise Compaoré extradé pour comparaître physiquement au procès de l’assassinat de Thomas Sankara.

GROSSE PRESSION DE LA FAMILLE DE SANKARA SUR LA CÔTE D’IVOIRE POUR EXTRADER BLAISE COMPAORÉ

Grosse pression sur la Côte d’Ivoire après l’annonce de l’ouverture prochaine du procès de l’ancien président déchu du Burkina Faso, Blaise Compaoré, dans l’affaire Thomas Sankara, tué en 1987. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de son prédécesseur, Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire, sera bientôt devant la justice burnabè.

Mardi dernier, le tribunal militaire de Ouagadougou a décidé de la mise en accusation de l’ex-président Blaise Compaoré pour attentat à la sureté de l’État, complicité d’assassinat et recel de cadavres dans le dossier de l’assassinat de l’ancien chef de l’État Thomas Sankara. Gilbert Diendéré, ancien bras droit de Blaise Compaoré, est lui aussi poursuivi. Au total, 14 personnes doivent comparaître devant le tribunal dans ce dossier.

TÉMOIGNER POUR NOURRIR L’HISTOIRE ET LES GÉNÉRATIONS 

Occasion pour la famille de Noël Isidore Thomas Sankara, de faire pression sur les autorités ivoiriennes, notamment le chef de l’Etat Alassane Ouattara. Pour la famille du Ché Guevara d’Afrique, le président Compaoré doit nécessairement être extradé vers le Burkina Faso et être présent à la barre pour l’éclatement de la vérité. “Il serait souhaitable que Blaise compaoré qui a dirigé une trentaine d’années ce régime, soit physiquement présent pour s’expliquer”, a confié Paul Sankara, frère aîné de Thomas Sankara dans un entretien avec un journaliste de Voa-Afrique.

Lire aussi  Côte d'Ivoire: Soro révèle 26 personnes « exécutées » lors des manifestations

“J’espère que chacun aura le courage de répondre et donner sa version et d’expliquer les choses de sorte que l’histoire soit nourrie pour les générations actuelle et future. Maintenant, pour une raison ou une autre, lui-même (ndlr Blaise Compaoré) ne souhaite pas être au procès, on le fera sans lui. Et l’histoire retiendra son geste. Sinon je ne crois pas qu’il y ait une volonté manifeste de l’accabler”, a ajouté Paul Sankara. 

MARC CHRISTIAN KABORÉ PEUT-IL FAIRE RENTRER AU PAYS, BLAISE COMPAORÉ?

La veuve de Thomas Sankara et ses enfants s’en remettent à la bonne volonté du régime de l’actuel chef d’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, pour faire rentrer au pays Blaise Compaoré, naturalisé ivoirien depuis son exil en Côte d’Ivoire. Lors de la campagne présidentielle qui a conduit, le 22 novembre 2020, à sa réélection, le président Roch Marc Christian Kaboré, évoquait à Ziniaré, fief de l’ancien Président Blaise Compaoré, la question du retour au Burkina Faso de celui qui a été à la tête du Faso durant 27 années.

Lire aussi  Décès de Gon Coulibaly : deuil national décrété

« Tous ceux qui sont à l’extérieur peuvent revenir au pays. Ceux qui n’ont pas de problèmes en justice n’ont rien à craindre. Quant au président Blaise Compaoré qui a gouverné le pays pendant 27 ans, il ne peut revenir comme les autres. Il faut qu’on prépare les choses pour que tout soit clair pour tout le monde avant qu’il ne revienne dans son pays », avait déclaré le chef de l’État de ce pays de l’Afrique de l’Ouest, face aux parents de son ancien patron. Il faut noter que du 22 mars 1994 au 6 février 1996, Roch Marc Christian Kaboré fut le Premier ministre de l’ancien Président burkinabè devenu ivoirien.

Presque 34 ans après la mort du président Thomas Sankara, « l’heure de la justice a enfin sonné, un procès peut s’ouvrir, il n’appartient plus maintenant qu’au procureur militaire de programmer la date de l’audience ». Telle était la réaction mardi de Me Guy Hervé Kam, avocat des familles Bamouni, Kiemdé et Sawadogo, après confirmation des charges contre l’ex-président Blaise Compaoré, qui présida le Burkina Faso pendant 27 ans (1987-2014) après la mort de celui qui était son frère d’armes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here