HomeInternationalPrésidentielle ivoirienne : Hamed Bakayoko pose ses conditions pour la recomposition des...

Présidentielle ivoirienne : Hamed Bakayoko pose ses conditions pour la recomposition des CEI locales

Hamed Bakayoko:
Hamed Bakayoko: " Quand on voit Bédié à 86 ans, là on est loin de la nouvelle génération."

Suite à l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) dans lequel elle a évoqué un déséquilibre alarmant au niveau de la composition des commissions locales de la Commission électorale indépendante (CEI), les autorités ivoiriennes ont donné de la voix. Le mardi 28 juillet dernier, le Premier ministre intérimaire Hamed Bakayoko a posé des conditions pour la recomposition.

Aux lendemains de l’arrêt rendu le 15 juillet 2020 par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) dans lequel elle a souligné un déséquilibre au niveau de la composition des commissions locales de la Commission électorale indépendante (CEI) et a invité les autorités ivoiriennes à faire feu de tout bois pour rééquilibrer l’organe, le gouvernement ivoirien a réagi. Le mardi 28 juillet 2020, le ministre d’État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, en sa qualité de Premier ministre intérimaire a reçu le mardi dernier, le corps diplomatique accrédité en Côte d’Ivoire pour leur donner la « position du Gouvernement suite à l’arrêt de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) sur la révision de la composition de la Commission électorale indépendante (CEI) ».

Les ministres (Sidiki Diakité, Décentralisation et Administration du territoire; Sansan Kambilé, Justice; Ally Coulibaly, Affaires étrangères, et Sidi Touré, Communication et Média) présents à la rencontre n’ont pas hésité à affirmer que la Cour, ayant son siège à Arusha en Tanzanie ne remet nullement en cause la composition de la CEI centrale dirigée par le Magistrat hors hiérarchie Ibrahime Coulibaly-Kuibiert. Mais Hamed Bakayo a martelé que seules les commissions locales seront recomposées. Il a saisi l’occasion pour appeler le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) à intégrer l’organe électoral.

Lire aussi  Côte d'Ivoire : enfin un tabouret pour Doumbia Major

« Nous sommes d’accord pour dire qu’en application de l’ordonnance du 4 mars 2020, le PDCI peut venir aussi bien au niveau de la commission centrale qu’au niveau des commissions locales, afin que nous puissions refaire les élections au niveau des commissions locales pour qu’il y soit représenté. Ceci, afin que nous arrivions à un meilleur équilibre tel que souhaité par la CADHP », a-t-il laissé entendre. Cependant, vu la « volonté du gouvernement d’organiser les élections le 31 octobre 2020 », le PDCI devra bien se hâter à cause de ces « contraintes de calendrier », souligne le Premier ministre intérimaire. « Passé ce délai, la CEI sera obligée de tirer les conséquences de la présence ou non du PDCI ». Il prend « la communauté internationale » à témoin. Il est à noter que Henri Konan Bédié a été investi candidat du PDCI à l’élection présidentielle de 2020.

Lire aussi  Présidentielle ivoirienne : des voies barrées et des matériels de la CEI détruits (photos)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here