Home International ONU: le Premier ministre grec invite Erdogan au dialogue

ONU: le Premier ministre grec invite Erdogan au dialogue

ONU: le Premier ministre grec invite Erdogan au dialogue
ONU: le Premier ministre grec invite Erdogan au dialogue

A l’occasion de la 75e session de l’Assemblée générale de l’ONU, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a appelé le président Recep Tayyip Erdogan à revenir au dialogue. Pour lui, il serait mieux de « donner une chance à la diplomatie ».

Au cours de l’Assemblée générale de l’ONU le 25 septembre 2020, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a envoyé un message fort. Dans un discours enregistré diffusé au cours de cette grande rencontre, Mitsotakis, a appelé le président Recep Tayyip Erdogan à revenir au dialogue, au moment où la Grèce et la Turquie semblent avoir opté pour l’apaisement dans la crise qui les oppose en Méditerranée orientale. Il a invité le chef d’Etat turc à « donner une chance à la diplomatie ».

Lire aussi  Coup d'Etat au Mali : les mises en garde de Buhari aux putschistes

Déplorant que les ouvertures d’Athènes aient buté sur « l’escalade, la désinformation et l’agression » d’Ankara, il a dit rester « optimiste » : « Tout le monde comprend que cette escalade permanente des tensions ne peut pas durer », a-t-il indiqué lors de sa vidéo diffusée lors de l’Assemblée générale de l’ONU. « Je refuse de croire que le partenariat entre proches voisins ne soit pas possible », a-t-il poursuivi.

« Alors rencontrons-nous, parlons-nous, et cherchons une solution acceptable par tous. Donnons une chance à la diplomatie », a laissé entendre le chef du gouvernement grec au dirigeant turc. « Si après tout ça nous ne parvenons pas à nous entendre, alors nous devrions nous en remettre à la sagesse de la Cour internationale de La Haye », prévient-il.

Lire aussi  L'ONU réagit aux charniers découverts en Libye

Il importe de souligner qu’au cours de son propre discours à l’ONU, mardi, le président Erdogan avait également appelé la Grèce à un « dialogue sincère fondé sur le droit international » pour trouver une porte de sortie à ce conflit, tout en mettant en garde contre tout « diktat, harcèlement ou attaque » visant son pays.