Home International Mort de George Floyd : la police obéit aux manifestants en ...

Mort de George Floyd : la police obéit aux manifestants en s’agenouillant

Mort de George Floyd : la police obéit aux manifestants en s'agenouillant
Mort de George Floyd : la police obéit aux manifestants en s'agenouillant

Les forces de l’ordre ont fait parler leur cœur devant les manifestants qui réclament justice pour la mort de George Floyd à plusieurs endroits sur le territoire américain. Les scénarios en général, ne durent que quelques minutes, mais le message est fort.

Sur toute l’étendue du territoire américain, les manifestants, tous comme un seul homme, expriment leur colère contre le meurtre de l’Afro-américain George Floyd. Face à leur détermination, la police est souvent en difficulté pour les retenir. Déjà une bonne semaine, et ça ne fait que brûler dans le pays dirigé par Donald Trump. Face à toute cette situation, certains groupes de policiers ont choisi de faire parler leur cœur en montrant leur compassion aux chagrins de la foule qui brûle de colère.

Ainsi, à Washington devant l’hôtel Trump, le lundi 1er juin, sous la demande des manifestants, les forces de l’ordre se sont agenouillées en signe de respect. Un geste initié en 2016 par le footballeur américain Colin Kaepernick qui résonne fort. « Agenouillez-vous ! Mettez votre putain de genou à terre ! », avaient demandé les manifestants. Après quoi, un officier de police a exécuté, puis s’en sont suivis les autres.

De même, à Santa Cruz, en Californie, le maire et le chef de la police de la ville se sont agenouillés avec les manifestants. La maire de San Francisco, London Breed, a fait pareil. Ce genre de scène, offrant une forte image s’est répété un peu partout dans le pays entre des camps qui sont d’ordinaire opposés lors des manifestations.

Lire aussi  Mort de George Floyd : l’adolescente qui a enregistré la vidéo brise le silence

Ce mouvement s’est aussi propagé dans le monde du sport. C’est le cas par exemple de l’attaquant de Mönchengladbach Marcus Thuram qui a mis un genou à terre, le regard tourné vers le sol, après avoir mis un but dimanche dernier.

Cependant, le geste ne fait pas l’unanimité à certains endroits. Lundi à Washington, les manifestants ont saisi toutes les occasions pour interpeller les forces de l’ordre mais le succès rencontré près de l’hôtel Trump ne s’est pas reproduit. « Pourquoi ne démissionnez-vous pas ? », ont-ils par exemple demandé à un policier à moto qu’ils venaient d’encercler près du Congrès américain. « Agenouillez-vous avec nous, montrez-nous votre respect ! ». Mais de son côté, le motard, a simplement coupé son moteur plusieurs minutes pour faire baisser la tension, et a refusé de s’agenouiller.

De même, devant le Capitole, à la fin de la manifestation, un homme a essayé sans succès de persuader la police à s’afficher à leur côté comme c’est le cas à certains endroits. « Si vous ne nous montrez pas votre soutien et continuez à protéger ce système raciste, comment va-t-il bien pouvoir changer ? Je comprends que vous devez faire votre boulot. Mais comprenez-nous aussi. Dans les autres États, des chefs de police se joignent à la foule. Nous sommes dans la capitale et vous ne pouvez même pas poser un genou à terre ! Qui servez-vous ? Les 1 % ? »

Par ailleurs, bien que certains policiers ne se soient pas agenouillés, ils ont montré leur solidarité aux manifestants. C’est le cas par exemple le samedi dernier où un shérif du Michigan a ainsi enlevé son casque et demandé à ses hommes de poser leurs bâtons. « Nous voulons être réellement avec vous », a expliqué Christopher R. Swanson. Il poursuit en demandant à la foule: « Que pouvons-nous faire ? » « Marchez avec nous ! », ont répondu les manifestants. « Nous marchons avez vous car tout ce que vous réclamez, c’est une voix et une dignité pour tous, peu importe qui vous êtes », a déclaré le shérif. « Je vous aime, les gars. La police vous aime ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here