Home International Mali : que sait-on de Bah N’Daw, le chef de transition ?

Mali : que sait-on de Bah N’Daw, le chef de transition ?

Mali : que sait-on de Bah N'Daw, le chef de transition ?
Mali : que sait-on de Bah N'Daw, le chef de transition ?

Pour remettre le pays sur le bon chemin, les militaires au pouvoir ont choisi le Colonel à la retraite Bah N’Daw pour diriger la transition. Et depuis que cet homme a été choisi, beaucoup cherchent à connaître son profil.

Le Colonel Bah N’Daw, c’est la nouvelle personnalité qui dirigera le Mali pendant plusieurs mois avant un retour des civils à sa tête, dans une période transitoire demeurant sous l’emprise de la junte. La « charte de transition » prévoit en effet une transition de 18 mois, à laquelle la CEDEAO s’est montrée prête à consentir après avoir insisté initialement sur un maximum de 12 mois.

Qui est réellement le Colonel Bah N’Daw ?

Né le 23 août 1950 à San (région de Ségou), Bah N’Daw rejoint en 1973 l’armée de l’air. Il est formé l’année suivante en Union Soviétique comme pilote d’hélicoptère puis diplômé de la 7è promotion de l’EMIA de Koulikoro (1976-1978). Il devient aide de camp du président Moussa Traoré mais quitte volontairement son poste en 1990, en désaccord avec le dictateur. En 1994, il est breveté de l’École de guerre (CID) française. En 2003, il devient le chef d’état-major de l’armée de l’air mais démissionne dès le 2 avril 2004. Il prend en 2012 sa retraite au grade de colonel-major.

Lire aussi  Mali: une délégation de la Cédéao s’entretient avec la junte ce samedi

Il est ministre de la Défense du 28 mai 2014 à janvier 2015 sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Il travaille à ce titre avec les forces françaises de l’opération Serval puis Barkhane. Il aurait choisi de quitter son poste pour refuser de cautionner la réintégration des anciens rebelles déserteurs, demandée lors des discussions préalables aux accords d’Alger.

Après le renversement du président, il est désigné chef de transition le 21 septembre 2020 par la junte militaire dirigée par le colonel Assimi Goïta, ce dernier étant lui-même désigné vice-président de la République de transition chargé des Questions de défense et de sécurité. Le 24 septembre, il rencontre l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, envoyé spécial de la CEDEAO. Il prête serment le le 25 septembre en présence de celui-ci et du président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embaló. Il parle Français, Russe et Anglais. A cela s’ajoute le Bambara.

Lire aussi  Coup d'Etat au Mali : la maison de Karim Kéita, fils de IBK détruite (Photos)