HomeInternationalMali: les accusations de l’ONU, ses conséquences pour la France

Mali: les accusations de l’ONU, ses conséquences pour la France

Mali: les accusations de l'ONU, ses conséquences pour la France
Mali: les accusations de l'ONU, ses conséquences pour la France

Le sentiment anti-français qui est observé depuis quelques mois au Mali risque de s’accentuer après la publication du dernier rapport de l’Organisation des Nations-Unies incriminant la France. En effet, ce mardi 30 mars, la division des droits de l’homme de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) indique que près de 20 civils ont été tués lors d’une frappe aérienne.

Selon la Minusma, le groupe touché « était très majoritairement composé de civils qui sont des personnes protégées contre les attaques au regard du droit international humanitaire ». Même si la France est montée au créneau quelques heures après la publication de ce rapport pour émettre des réserves par rapport aux conclusions du document, ces accusations viennent nourrir davantage la demande de certains leaders relative au départ des soldats français.

Lire aussi  Mali: un Casque bleu de l’ONU tué

Depuis plusieurs mois, le sentiment anti-français est affiché ouvertement au Mali. Certains groupes organisés organisent souvent des manifestations pour réclamer le départ des soldats français de leur pays. C’est le cas par exemple du mouvement « Yerewolo Debout sur les remparts » qui a lancé en janvier dernier un appel à manifester contre la présence des forces de l’opération Barkhane. La manifestation avait été en effet prévue pour se tenir à la place de l’indépendance à Bamako.

Lire aussi  Mali : le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique neutralisé par l’armée française

« Le 20 janvier, c’est pour marquer un point de départ. Parce qu’effectivement, le président Modibo Keita, le père de l’indépendance malienne, avait demandé à l’époque, précisément le 5 septembre 1961, à la France de faire évacuer ses troupes des bases de Kati, Bamako, Gao et Tessalit. », avaient expliqué les organisateurs lors de l’appel qui a été lancé. « Sinon, le 20 janvier, c’est un appel pour que les Maliens se mobilisent et qu’à partir de là, nous puissions mener un combat sérieux, un combat acharné contre la présence de toutes les forces internationales sur notre territoire. », ont-ils poursuivi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here