Home International Mali: la junte opposée à un « embargo total » de la...

Mali: la junte opposée à un « embargo total » de la CEDEAO

Mali: la junte opposée à un « embargo total » de la CEDEAO
Mali: la junte opposée à un « embargo total » de la CEDEAO

Après sa rencontre avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la junte militaire au pouvoir au Mali a tenu une conférence de presse. Au cours de cette conférence, elle dit s’opposer à un « embargo total » de l’organisation sous-régionale.

Au lendemain du sommet extraordinaire organisé par la CEDEAO axé sur la transition politique au Mali, auquel a pris par la junte militaire au pouvoir au Mali, l’actuel clan dirigeant de la république malienne a tenu une conférence de presse mercredi 16 septembre.

Ayant pris le pouvoir le mardi 18 août 2020, ceci après la démission du président déchu, IBK, les militaires n’entendent pas laisser le trône aux civils. Mais ils se verront dans l’obligation de laisser le pouvoir puisque la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) oblige ceux-ci à transmettre le pouvoir à un civil.

Lire aussi  Mali : un ancien maire décapité par des terroristes

A en croire le colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole de la junte militaire, « toutes les options sont sur la table », avant d’ajouter que « la position de la Cédéao est intégrée. Il y a des compromis à faire, il y a des sacrifices à faire ». L’on peut donc affirmer sans risque de se tromper que les militaires n’ont pas l’idée de défier les chefs d’Etat de la CEDEAO.

La junte craint un embargo total

Déterminée à faire respecter sa décision, la CEDEAO n’entend pas une seconde revenir sur sa décision, celle exigeant la nomination d’un civil comme dirigeant malien, en remplacement d’IBK, en attendant l’organisation des prochaines élections. « Ils (les chefs d’Etat de la CEDEAO, NDLR) ont dit que leurs conditions ne sont pas négociables. Et que si on insiste, ils sont en mesure de faire un embargo total », a laissé entendre le colonel Wagué.

Lire aussi  Mali : enlèvement du médiateur désigné pour la libération de Soumaila Cissé

Il faut dire que la junte pourrait laisser les civils diriger le Mali puisqu’au cours de la conférence, le porte-parole a reconnu que les sanctions contre le Mali se font de plus en plus sentir, surtout sur le plan financier.