HomeInternationalLégislatives en Côte d’Ivoire : «l’Opposition est en route pour se faire...

Législatives en Côte d’Ivoire : «l’Opposition est en route pour se faire humilier», Chris Yapi

Législatives en Côte d'Ivoire : «l’Opposition est en route pour se faire humilier», Chris Yapi
Législatives en Côte d'Ivoire : «l’Opposition est en route pour se faire humilier», Chris Yapi

Selon Chris Yapi qui fait une analyse des législatives ivoiriennes du 6 mars 2021, « le rattrapage ethnique va humilier l’Opposition »

Dans le cadre des législatives à venir, qu’aucun Ivoirien ne soit dupe. Alassane Ouattara n’a aucune intention de céder l’institution parlementaire à l’opposition. Même quand c’était la lune de miel dans le cadre du RHDP groupement politique, il était intransigeant. À l’Assemblée nationale, il ne concédait pas une parcelle de pouvoir au PDCI, encore moins à l’UDPCI. Alassane Ouattara voulait que le RDR s’affirme majoritaire en ayant la majorité qualifiée au sein du Parlement.

Élu en novembre 2010, il avait clairement en tête son plan de domination politique et ethnique, avant même de s’installer sur le fauteuil que lui disputait Laurent Gbagbo. Pour asseoir la suprématie du RDR, puis de son RHDP unifié, il a utilisé la doctrine du « rattrapage ethnique » et l’a mise en application, dès le mois de septembre 2011, c’est-à-dire juste 05 mois après l’arrestation de Laurent Gbagbo et 04 mois après sa prestation de serment.

Il voulait aller vite, car il ne voulait pas que son allié le PDCI-RDA, puisse, sur la base de l’ancien découpage électoral fait par les Refondateurs, le battre aux législatives et avoir la majorité au Parlement. Il a décidé d’augmenter le nombre des députés à l’Assemblée nationale, qui était à cette époque la seule chambre du parlement. Pour ce faire, il a pris une série de textes.

D’abord, l’ordonnance n° 2011-224 du 16 septembre 2011 qui a créé trente (30) nouveaux sièges de député, faisant ainsi passer l’Assemblée nationale de deux-cent-vingt-cinq (225) à deux-cent-cinquante-cinq (255) membres. Ensuite, en Conseil des ministres, il a pris le décret n° 2011-264 du 28 septembre 2011, refaisant ainsi un nouveau découpage électoral à l’intérieur des 205 circonscriptions électorales que compte la Côte d’Ivoire. Sur les trente (30) nouveaux sièges créés, onze (11) sont d’emblée attribués à des circonscriptions du nord, son fief électoral.

De ce fait, avant l’élection, le parti d’Alassane Ouattara part avec une avance mathématique de 59 députés, acquis d’emblée dans ses bastions du nord, où l’opposition n’a pas le loisir de présenter des candidats, en toute sécurité. Souvenons-nous, ce sont ces régions qui ont fait 100 % et même 103% de voix pour lui, à la mascarade électorale du 31 octobre 2020. En ce concerne le District d’Abidjan, l’économiste Ouattara a pris pour base de calcul son résultat à l’élection présidentielle de 2010. Selon que telle ou telle commune avait largement voté pour lui, il a augmenté le nombre de postes de député à dessein.

Après l’établissement de ses zones de confort électoral du sud, il a encore créé sept (7) nouveaux postes supplémentaires de député : deux (2) de plus à Abobo, là où Yopougon n’a eu droit qu’à un (1) seul poste et pourtant elle est la première commune de Côte d’Ivoire. Les communes d’Adjamé, Koumassi, Anyama, Marcory et Attécoubé n’ont obtenu chacune qu’un poste supplémentaire de député.

Dans la région du Gbèkè, plus particulièrement à Bouaké, l’ancien fief de la rébellion pro-Ouattara, il a créé d’un seul coup cinq (5) nouveaux postes de député. Les douze (12) nouveaux sièges de Bouaké et du District d’Abidjan, viennent s’ajouter aux onze (11) nouveaux créés au nord, pour total de vingt-trois (23) postes qui lui sont acquis sur les 30 créées en 2011. Si on y ajoute les cinquante-neuf (59) députés qu’il s’est taillés dans le nord du pays, il part avec une avance de près 89 députés sur ses concurrents.

Analysons maintenant l’injustice dans le découpage.

La région de la Nawa avec ses 1 053 084 habitants a huit (8) députés. La région du Haut-Sassandra, où se trouve Daloa, ville où les partisans de M. Ouattara sont nombreux, a quinze (15) députés pour 1 430 960 habitants. Pour une population à peu près égale, le Haut-Sassandra a le double du nombre de députés de la Nawa. Comment peut-on justifier cela ?

Il faut juste savoir que dans les 1 430 960 habitants du Haut-Sassandra, le département de Daloa seul compte 591 633 habitants, majoritairement ressortissants du nord.Autre exemple. La région du Guémon, qui regroupe les départements de Bangolo, Duékoué, Facobly et Kouibly, avec ses 919 392 habitants a sept (7) députés. Pourtant, la région du Kabadougou, qui regroupe les départements de Gbeleban, Madinani, Odienné, Samatiguila et Séguélon, avec seulement 193 364 habitants a également sept (7) députés, alors qu’il est 5 fois moins peuplé ?

Comment peut-on expliquer cela ? Est-ce parce qu’Alassane Ouattara est réputé originaire du Kabadougou par sa mère ? Un autre exemple. La région du Tonkpi avec ses 992 564 habitants, soit près d’un million, a douze (12) députés. Le Poro qui a 763 852 habitants a également 12 députés alors qu’il compte 228 412 habitants de moins. De toute évidence, la région du Poro, région d’origine d’Amadou Gon Coulibaly, ancien bras droit d’Alassane Ouattara est surreprésentée au Parlement.

Même au nord, Alassane Ouattara fait intervenir des différences mesquines entre les populations. Ainsi, dans la région du Tchologo, le département de Kong pour 87 929 habitants, a 3 députés. Tandis que celui de Ouangolodougou pour 236 766 habitants, a 2 députés. Le département de Ouangolo a plus d’habitants et est plus vaste que Kong, mais a moins de députés que lui. Simplement parce que c’est chez Alassane Ouattara et qu’il considère certainement que les gens de chez lui sont plus importants que les autres nordistes.

Au regard de ceci, avant même que le match ne soit sifflé, Alassane Ouattara part avec une avance déjà de près de 100 députés dans la poche. Comment alors l’opposition peut-elle espérer battre le RHDP et lui imposer une cohabitation au Parlement ? Disons-le tout net : elle est en route pour se faire humilier tout simplement.

Lire aussi  Côte d'Ivoire: l'opposition à nouveau en conclave suite à la sortie d'Alassane Ouattara

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here