HomeInternationalKemi Seba dévoile des confidences du Colonel Wattao avant sa mort

Kemi Seba dévoile des confidences du Colonel Wattao avant sa mort

Kemi Seba dévoile des confidences du Colonel Wattao avant sa mort
Kemi Seba dévoile des confidences du Colonel Wattao avant sa mort

Dans l’émission hebdomadaire Afro Pertinent sur Vox Africa, le panafricaniste Kemi Seba a rendu publique une confidence que le colonel Issiaka Ouattara dit Wattao lui aurait faite avant sa mort. A en croire ce dernier, Wattao lui aurait confié qu’il regrettait de s’être laissé entrainer aux cotés de Ouattara.

Sur l’émission dénommé Afro Pertinent de Vox Africa, l’activiste panafricaniste Stellio Gilles Robert Capo Chichi connu sous le nom de Kemi Seba, 39 ans a laissé entendre que le Colonel Issiaka Ouattara dit Wattao lui a confié une confidence avant sa mort. Il affirme que le Colonel regrettait de s’être laissé entraîner « aux cotés de Ouattara ». « Je parle avec un bon nombre de membres de la galaxie patriotique. J’ai eu de nombreux échanges avec madame Simone Ehivet Gbagbo et avec des gens de la mouvance de Blé Goudé Charles. Mais le fait le plus surprenant, c’est que certaines personnes du camp Ouattara qui se sont rendues compte du drame qui était le camp Ouattari (NDLR : Ouattara) qui avant la fin de leurs vies ont eux aussi été dans une tentative de revenir dans la voie de la raison », a fait savoir l’activiste panafricaniste.

Lire aussi  Présidentielle ivoirienne : la promesse de Ouattara à Macron

« Wattao, seigneur de guerre, lorsqu’il était au Maroc a tenté de rentrer en contact avec moi par le biais d’une amie qu’on avait en commun. Il avait été exilé après des problèmes avec Ouattara et il a passé ce message selon lequel il regrettait profondément de s’être laissé entraîner dans cette voie sans issue, dans cette voie de corruption, de meurtre comme, il l’avait fait marchant aux cotés de Ouattara. Il comprenait au fur et à mesure qu’il s’informait sur les programmes que nous diffusion, il déclarait qu’il se rendait compte avec le temps qu’il avait été manipulé et désinformé. Pourtant c’était un aîné », a poursuivi le franco-béninois.

Il est à rappeler que le fondateur du mouvement Urgences Panafricanistes, Kemi Seba, pour ces propos violents à l’endroit du président ivoirien Alassane Ouattara, avait été expulsé d’Abidjan pour Cotonou dans la soirée du 26 mars 2019. Il était appelé à animer le dimanche 31 mars une conférence « contre le néocolonialisme » à Abidjan. La justice du Burkina Faso l’avait condamné à son tour le jeudi 26 décembre 2020, à « deux mois de prison avec sursis », pour « outrage » au président Roch Kaboré, au terme d’une audience en « comparution immédiate ». A la fin du procès, il a affirmé : « On m’a condamné à deux mois avec sursis qui sont en réalité deux mois symboliques parce que même les juges savent que j’ai raison ». Il avait été arrêté à son hôtel à Ouagadougou et placé en garde à vue le 21 décembre 2019, après une conférence publique sur le franc CFA, à l’université Joseph Ki Zerbo.

Lire aussi  Guéguerre au palais présidentiel : «Ouattara est partagé entre colère et déception »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here