HomeInternational« Je suis de plus en plus gêné d’être un homme blanc » dixit...

« Je suis de plus en plus gêné d’être un homme blanc » dixit un ex-directeur de la CIA

"Je suis de plus en plus gêné d’être un homme blanc" dixit un ex-directeur de la CIA

Il y a peu Donald Trump remportait sa seconde bataille juridique contre les représentants démocrates qui avaient lancé contre lui un autre procès en destitution. Par 57 votes pour la condamnation et 43 votes pour l’acquittement ; les démocrates n’avaient pu obtenir les deux tiers requis par la Constitution pour le faire condamner. Trump avait été acquitté. Il peut à nouveau se présenter à la présidence. Mieux, il restait une figure influente du Parti républicain et donc de la politique américaine en général.

Mais une chose était sure, le procès avaient mis en exergue de profondes divergences d’opinion au sein même du Parti des Républicains. De nombreux leaders du Parti n’ayant pas hésité à dire tout haut leurs critiques quant à la gestion de Donald Trump. Mais pour certains américains comme John Brennan ancien directeur de la CIA, cela n’était pas assez, et les sénateurs républicains auraient dû marquer le coup en éliminant définitivement Donald Trump de l’échiquier politique américain.

Lire aussi  « Nous devons tuer les Africains, ils ne valent rien »

Lundi, Brennan invité dans une émission de télévision déclarait : «Je dois dire, (…), je suis de plus en plus gêné d’être un homme blanc ces jours-ci à la lumière de ce que je vois de mes autres hommes blancs en train de dire. Mais cela montre simplement qu’à quelques exceptions près comme Mitt Romney, Liz Cheney, Adam Kinzinger, il y a si peu de républicains au Congrès qui valorisent la vérité, l’honnêteté et l’intégrité». Des paroles crues pour ce démocrate de 65 ans, qui a longtemps servi sous Barack Obama, et qui parmi les premiers avait accusé Donald Trump d’être à la solde de Poutine.

Lire aussi  Hamed Bakayoko : pour avoir célébré le mariage d'un couple blanc, le PM s'attire la colère des ivoiriens

Mais des paroles qui intervenaient également alors que dans la presse américaine, émergeait des informations sur une « véritable campagne de minimisation » des évènements du 06 Janvier passé. Sur les réseaux sociaux, le rôle présumé des « antifascistes » revenait régulièrement. Mais les démocrates, dénonçant la campagne, exhortaient à la vigilance contre des futures violences de la droite politique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here