Home International Interdiction de marche en Côte d’Ivoire: Affi répond à Ouattara

Interdiction de marche en Côte d’Ivoire: Affi répond à Ouattara

Interdiction de marche en Côte d'Ivoire: Affi répond à Ouattara
Interdiction de marche en Côte d'Ivoire: Affi répond à Ouattara

L’exécutif ivoirien a interdit les marches et manifestations en Côte d’Ivoire jusqu’au 1er novembre prochain. Après l’annonce de cette mesure, le président du FPI, Affi N’Guessan a réagi. Il a fait savoir ce vendredi 16 octobre que le peuple ivoirien n’est pas obligé de « se soumettre à des décisions illégales ».

Ce 16 octobre 2020, les cadres de l’opposition ivoirienne se sont réunis à Abidjan, au siège du PDCI. A l’occasion, ils ont réitéré leur volonté d’empêcher la tenue de la prochaine présidentielle. Sur ce, Affi N’guessan a laissé entendre que l’opposition ira ” jusqu’au bout  pour obtenir des discussions avec le pouvoir en place.

” Nous irons jusqu’au bout parce que notre combat est juste ! L’histoire nous apprend que les combats justes l’emportent toujours , a déclaré Pascal Affi N’guessan en réponse à la question d’un journaliste qui voulait savoir ce que ferait l’opposition au cas où nonobstant sa protestation, elle n’arrivait pas à bloquer la présidentielle.

Lire aussi  Présidentielle ivoirienne: le message de Bédié après le dépôt de sa candidature

Pour démontrer que l’opposition ne veut en aucun cas reculer, Affi a clairement fait savoir que ses militants ne respecteront pas la mesure d’interdiction de manifester sur la voie publique édictée par l’exécutif jusqu’au 1er novembre. ” Les Ivoiriens ne sont obligés de se soumettre à des décisions illégales “, a-t-il insisté, avant d’avertir le pouvoir en place sur le réveil d’un peuple soumis. ” Un peuple qui se lève, c’est toujours une menace pour une dictature “, a-t-il averti.

Au nombre des obstacles qui l’empêcheraient de remporter la présidentielle, Affi a cité le Président de la Commission Électorale Indépendante, qui d’après lui est ” au service du régime “ et donc  ne mérite pas de diriger la CEI “. C’est pourquoi dénonçant un ” coup d’État électoral ” et ” un coup d’État constitutionnel “, le président du FPI a demandé au peuple ivoirien les actions suivantes:

“Empêcher le convoyage et la distribution de tout matériel électoral; empêcher l’affichage électoral; empêcher les meetings de campagne; empêcher la distribution et le retrait des cartes d’électeurs; manifester dans les formes et par tous moyens appropriés leur opposition au coup d’État électoral en cours.

Lire aussi  Côte d'Ivoire : l’ancienne directrice de RFI tacle Ouattara

Pour Affi N’Guessan qui veut  une vraie élection “, l’heure n’est plus à la reculade au risque de trahir une cause . “Nous n’avons pas le droit de reculer. Ce serait trahir une cause historique ; bâtir une Côte d’Ivoire vraiment réconciliée et vraiment démocratique”, a-t-il déclaré.

Maurice Kacou Guikahué ira dans le même sens en disant que ” le processus électoral ne doit pas aller à son terme “. Pour faire cela, ” nous allons entrer en campagne contre l’élection , a menacé Guikahué.

Pour rappel, la présidentielle ivoirienne est prévue pour le 31 octobre prochain et le président Alassane Ouattara est candidat en vue de briguer un troisième mandat.