HomeInternationalHenri Konan Bédié : «Ils ont jeté des bombes dans ma maison»

Henri Konan Bédié : «Ils ont jeté des bombes dans ma maison»

Bédié s'adresse à la CPI après l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Bédié s'adresse à la CPI après l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé

Le chef de file de l’opposition ivoirienne, Henri Konan Bédié, revient sur ce qu’il a vécu au moment où il était assigné à résidence surveillée. Il dénonce une tentative d’assassinat tout en faisant savoir que des bombes ont été jetées dans sa maison.

Après la présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020, l’opposition est montée au créneau pour déclarer que l’élection n’a pas eu lieu en raison du faible taux de participation. Il est à noter que cette élection avait été boycottée par le peuple ivoirien. Dans ce contexte, cette opposition a mis en place un Conseil National de Transition (CNT) dont l’ancien président ivoirien, Henri Konan Bédié, par ailleurs, leader du PDCI, est le président. Pour l’empêcher d’accomplir la mission qui lui a été confiée par ce CNT, le pouvoir ivoirien a assigné le doyen d’âge à résidence surveillée. Les forces de l’ordre ont même essayé d’attenter à son intégrité physique.

Lire aussi  Présidentielle ivoirienne : la France exige les candidatures de Soro et Gbagbo

En face des chefs traditionnels médusés, Henri Konan Bédié a déploré cette tentative d’assassinat. « Ce qui s’est passé ici, vous en avez reçu les diverses péripéties. Vous venez d’ailleurs de retracer quelques unes. Le blocus, je dirais même la tentative d’assassinat, puisqu’ils ont jeté des bombes dans ma maison ici, ils ont forcés les portes chez moi et chez madame », a-t-il affirmé.

Lire aussi  « La décision de condamnation de Gbagbo et Blé Goudé sera exécutée qu’on le veuille ou non »: Issiaka Diaby, président du CVCI

Le président Bédié qui se pose encore la question de savoir ce que recherchaient les forces de l’ordre qui ont violé sa résidence, déclare avoir vécu cette douloureuse expérience avec sérénité. « Tout cela nous, nous l’avons vécu. Mais avec le sang froid et la sérénité », a-t-il laissé entendre. Il explique cette sérénité en ces termes : « Nous savons que le combat que nous menons est une cause noble et juste, et que Dieu ne permet pas que soit vaincu lui qui mène un tel combat ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here