Home International France : pour avoir montré les caricatures de Mahomet en classe, un...

France : pour avoir montré les caricatures de Mahomet en classe, un professeur d’histoire décapité

France : pour avoir montré les caricatures de Mahomet en classe, un professeur d'histoire décapité
France : pour avoir montré les caricatures de Mahomet en classe, un professeur d'histoire décapité

La France est à nouveau visée par un attentat terroriste. Un professeur d’histoire ayant montré les caricatures de Mahomet en classe a été décapité près de Paris.

Hier, c’était Charlie hebdo, aujourd’hui, c’est un professeur d’histoire. Pour avoir récemment montré les caricatures de Mahomet en classe lors d’un cours sur la liberté d’expression, ce professeur d’histoire du collège du Bois-d’Aulne âgé de 47 ans a été décapité, vendredi dernier, près de Paris plus précisément à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Le professeur avait été menacé par des parents et avait même déposé plainte au commissariat. A en croire des sources policières, l’agresseur présumé a été abattu par la police à Eragny-sur-Oise, dans le Val-d’Oise. Il aurait crié « Allah Akbar » avant d’être descendu par les policiers.

Lire aussi  France : Jean Castex dessine les premiers contours de sa feuille de route

Le président français Emmanuel Macron dénonce un « attentat terroriste islamiste caractérisé » et appelle « à faire bloc ». « Un de nos concitoyens a été assassiné aujourd’hui parce qu’il enseignant, parce qu’il apprenait à des élèves la liberté d’expression, la liberté de croire. Notre compatriote a été lâchement attaqué, a été la victime d’un attentat terroriste islamiste caractérisé », a-t-il affirmé tout en ajoutant : « Nous ferons bloc. Ils ne passeront pas, a martelé le président de la République. L’obscurantisme et la violence qui l’accompagne ne gagneront pas. Ils ne nous diviseront pas. J’appelle l’ensemble de nos compatriotes à faire bloc, à être unis, sans aucune distinction quelle qu’elle soit ».

L’ancien président français a également réagi à cette attaque terroriste. Il appelle à « l’unité » face « à l’obscurantisme ». Sur sa page Twitter, il a laissé lire ce qui suit : « Avec l’assassinat effroyable d’un professeur, la République et son école sont à nouveau la cible du terrorisme islamiste. Plus que jamais, nous devons être unis face à la barbarie et à l’obscurantisme. Mes pensées vont à la famille de l’enseignant et à toute la communauté éducative ». Il est à noter que le parquet national antiterroriste s’est immédiatement saisi de l’enquête, ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».