HomeInternationalExplosions à Beyrouth : une centaine de morts et des milliers de...

Explosions à Beyrouth : une centaine de morts et des milliers de blessés

Explosions à Beyrouth : une centaine de morts et des milliers de blessés
Explosions à Beyrouth : une centaine de morts et des milliers de blessés

Le mardi 4 août dernier, deux explosions ont dévasté Beyrouth, la capitale libanaise. A en croire le dernier bilan de la Croix-Rouge libanaise, une centaine de personnes ont trouvé la mort et 4 000 sont blessées.

Deux explosions à Beyrouth ont fait périr la capitale libanaise. C’était hier mardi que les explosions ont eu lieu faisant une centaine de morts et des milliers de blessés. En référence au dernier bilan de la Croix-Rouge libanaise, ces explosions ont fait au moins 100 morts et 4 000 blessés. À l’entrée du principal hôpital public de Beyrouth, Brahim a la chemise tachée de sang attend des nouvelles de son amie, elle a été blessée à la tête et à l’œil. Il était dans le centre-ville, tout proche de l’explosion. « Je suis allé directement aux souks de Beyrouth, pour y retrouver mon amie, car elle était seule. Toutes les vitrines étaient brisées dans ce centre commercial. Elle était blessée, je l’ai portée et l’ai emmenée à un premier hôpital, mais ils ne pouvaient pas la prendre en charge, il y avait trop de blessés. Alors je l’ai amenée ici, à l’hôpital public, car c’est plus grand », explique le jeune homme.

Lire aussi  Naufrage en Libye: plusieurs migrants décédés et certains disparus

Dans le quartier où se sont produits les deux explosions, Wissam, en état de sidération a laissé entendre : « Là, on est frappés physiquement dans la chair. C’était vraiment la dernière des choses que les gens pouvaient supporter actuellement. Il fallait voir le regard des gens dans les rues ». « Une très grosse explosion s’est produite. Nous étions présents ici. Même pendant la guerre on n’a pas vécu une chose comme ça. Les appartements sont cassés, comme vous pouvez le voir. Il y a des morts et des blessés. Dans le quartier, il y a beaucoup de personnes âgées. On les a évacuées par les escaliers, car il n’y a pas d’ascenseurs dans les immeubles. Mon seul souci cela a été d’aider pour évacuer les gens, amener les blessés vers les hôpitaux », a-t-il poursuivi.

Il importe de souligner que trois hôpitaux de campagne doivent ouvrir pour prendre le relais de structures saturées. Les secours se poursuivent pour essayer de retrouver plusieurs dizaines de personnes portées disparues. Tout est parti en fumée : « Il n’y a plus rien… Il n’y a vraiment plus rien. Il ne nous manquait plus que ça ». On sait déjà que la double explosion a été provoquée par du nitrate d’ammonium entreposé avec des feux d’artifice dans le hangar numéro 12. 2 700 tonnes de cette matière hautement explosive, qui entre dans la fabrication d’engrais, et qui avait été saisie sur un navire russe, en 2016. En vertu de l’État d’urgence décrété mardi soir, tous les services de sécurité ont été placés sous le commandement de l’armée, qui a reçu pour mission de préserver la sécurité du pays.

Lire aussi  Covid-19 : les premiers vaccinés, tous morts ? L’intox qui sévit d’un pays à l’autre

Beaucoup de pays n’ont pas tardé à réagir. Le Qatar, dont l’émir est entré en contact téléphonique avec le président Michel Aoun, a envoyé deux hôpitaux de campagne. La France a annoncé l’envoi d’un détachement de la sécurité civile et de « plusieurs tonnes de matériel sanitaire », ainsi que l’arrivée d’urgentistes à Beyrouth « au plus vite ». Egalement, le Canada, le Royaume-Uni les États-Unis se sont engagés à apporter leur aide au peuple libanais. Une aide d’autant plus précieuse que l’État libanais dispose de peu de moyens en raison de la crise économique et financière et sans précédent qui frappe le pays.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here