HomeInternationalElle tue tous les membres de sa famille à coups de hache

Elle tue tous les membres de sa famille à coups de hache

Elle tue tous les membres de sa famille à coups de hache
Elle tue tous les membres de sa famille à coups de hache

Plusieurs médias locaux et internationaux annoncent, ce jeudi 18 février, que les autorités indiennes ont décidé d’exécuter prochainement par pendaison une femme qui a assassiné sept membres de sa famille à coups de hache. Une première depuis l’indépendance du pays en 1947.

L’affaire avait défrayé la chronique et remonte à avril 2008. Shabnam, une ancienne enseignante originaire de l’Uttar Pradesh (nord de l’Inde), avait tué tous les membres de sa famille proche, dont ses parents et un neveu de 10 mois.

Une vengeance sanglante après que ces derniers se soient opposés à ce qu’elle entretienne une relation amoureuse avec un ouvrier prénommé Salim.

Lire aussi  RDC - Assassinat de Kabila : le colonel Eddy Kapend se prononce enfin

Comme le relatent les médias indiens, avant de passer à l’acte, Shabnam avait servi de la nourriture à ses proches imbibée de sédatifs et c’est lorsqu’ils se sont endormis qu’elle a décidé de les tuer à la hache. 

En prison, la jeune femme, dont l’âge n’est toutefois pas précisé par les médias indiens, a imploré la grâce du président indien, Ram Nath Kovind et du Premier ministre Narendra Modi. En vain.

Lire aussi  Tentant de sauver la vie à une fille, ce footballeur professionnel se retrouve en prison (Vidéo)

Bien qu’une date n’ait pas encore été fixée pour sa pendaison, les préparatifs sont en cours dans la prison du district de Mathura où elle est incarcérée, affime la presse locale.

Cette prison pour femmes a été construite dans l’Uttar Pradesh il y a près de 150 ans. Mais c’est la première fois dans cet Etat et dans l’ensemble de l’Inde qu’une femme va y être exécutée depuis l’indépendance du pays. 

Depuis 1947, date à laquelle l’Inde a obtenu son indépendance des Britanniques, quelque 750 personnes ont été pendues, selon un rapport de la National Law University, mais le gouvernement indien continue de parler d’une «cinquantaine de personnes».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here