Home International Éligibilité de Soro : l’Etat ivoirien répond à la CADHP

Éligibilité de Soro : l’Etat ivoirien répond à la CADHP

Éligibilité de Soro : l'Etat ivoirien répond à la CADHP
Éligibilité de Soro : l'Etat ivoirien répond à la CADHP

Suite à la décision de la CADHP déclarant éligible le candidat Guillaume Soro à l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020, l’Etat ivoirien a réagi. Il a balayé du revers de la main cette décision de la juridiction.

Le mardi 15 septembre 2020, la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) a envoyé un courrier à l’Etat ivoirien dans lequel elle lui a ordonné de « surseoir à l’exécution de tous les actes pris à l’encontre du Requérant Guillaume Kigbafori Soro subséquemment à l’ordonnance du 22 avril 2020 jusqu’à la décision de la Cour sur le fond de la cause » et de « prendre toutes les mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant au Requérant Guillaume Kigbafori Soro de jouir de ses droits d’élire et d’être élu notamment lors de l’élection présidentielle d’octobre 2020 », non sans «faire un rapport à la Cour sur la mise en oeuvre des mesures provisoires ordonnées dans la présente décision dans un délai de quinze (15) jours, à compter de la date de sa réception ».

Suite à cette injonction de la CADHP sise à Arusha en Tanzanie, les autorités ivoiriennes n’ont pas tardé à réagir. Lors d’une conférence de presse ce mercredi 16 septembre 2020, Sidi Touré Tiémoko, le porte-parole du gouvernement a laissé entendre que les autorités ivoiriennes n’exécuteront pas la décision de la cour africaine. « Le gouvernement n’a pas de réaction sur les décisions judiciaires. Nous ne nous sentons pas concernés par cette question. Nous l’avons suffisamment affirmé au cours d’une déclaration précédente. Il faut aussi relever que l’instance judiciaire que nous reconnaissons, c’est le Conseil constitutionnel », a-t-il fait remarquer. M. Sidi Touré Tiémoko a conseillé d’«éviter de penser que c’est l’extérieur qui doit nous imposer le rythme de fonctionnement de nos institutions ».

La candidature de Guillaume Soro à l’élection présidentielle du 31 d’octobre a été invalidée par le Conseil constitutionnel. Il est à rappeler que l’ancien président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire a été reconnu coupable de recel de deniers publics détournés et de blanchiment de capitaux. Il a été condamné à 20 ans de prison ferme, 4,5 milliards de francs CFA d’amende et à la privation de ses droits civiques pour une période de cinq ans par un Tribunal d’Abidjan.

Lire aussi  3è mandat en Côte d'Ivoire: nouvelle réaction de Guillaume Soro

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here