HomeInternationalCôte d’Ivoire – Meurtre du commissaire Akoun : l’arme du crime appartient...

Côte d’Ivoire – Meurtre du commissaire Akoun : l’arme du crime appartient à un policier

Côte d'Ivoire - Meurtre du commissaire Akoun : l’arme du crime appartient à un policier
Côte d'Ivoire - Meurtre du commissaire Akoun : l’arme du crime appartient à un policier

Un mois après le meurtre du commissaire de police, Charles Akoun, l’enquête des fins limiers de la police criminelle a sérieusement progressé. un adjudant de police serait le cerveau de la bande qui a mis fin aux jours du commissaire Akoun .

Un adjudant de police serait le cerveau de la bande. Pendant que le monde fait ses adieux au policier, ses collègues de la police criminelle, ont fait un travail remarquable. Grâce à des investigations poussées, ils ont réussi à arrêter l’un des cerveaux de la bande. Incroyable, mais vrai ! L’arme qui a servi à tuer le commissaire de police, appartient à un adjudant de police.

Lire aussi  Elle viole les mesures barrières et corrompt le policier avec un baiser langoureux (vidéo)

Le sous-officier qui exerce dans un commissariat d’une ville de l’intérieur du pays, a été arrêté depuis quelques jours. Il séjourne à la MACA, a indiqué le journal Allô Police dans son numéro du 07 au 13 décembre 2020. « Pour l’instant, il est considéré comme le cerveau de cette bande. Nous avons beaucoup de preuves qui l’incriminent. Mais comme nous n’avons pas bouclé l’enquête, il est présumé coupable mais tout indique qu’il est le chef de cette bande », a révélé le journal d’investigation .

Son téléphone-portable qui a été saisi confirme qu’il était de mèche avec les bandits. « Après le meurtre de Charles Akoun, les deux bandits qui ont réussi à prendre la fuite, ont appelé l’adjudant. Ils ont échangé avec lui de minuit à 3h du matin. Ils lui rendaient compte de l’opération qu’ils ont menée. En fait, dans leurs investigations, les enquêteurs ont découvert que c’est lui qui fournit les armes à ce gang qui sème la terreur et le désarroi à Cocody- Angré. Et deux ou trois fois dans le mois, il arrive sur Abidjan, pour récupérer sa part du butin », apprend le journal.

Lire aussi  Trois chinois assassinés en Zambie en plein coronavirus

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here