Home International Côte d’Ivoire : après la nomination de Hamed Bayakoko, Ange Grah envoie...

Côte d’Ivoire : après la nomination de Hamed Bayakoko, Ange Grah envoie un message fort à Ouattara

Côte d'Ivoire : après la nomination de Hamed Bayakoko, Ange Grah envoie un message fort à Ouattara
Côte d'Ivoire : après la nomination de Hamed Bayakoko, Ange Grah envoie un message fort à Ouattara

Suite à la nomination de Hamed Bakayoko au poste de Premier ministre de la Côte d’Ivoire, des réactions fusent de partout. A son tour, Ange Grah a envoyé un message fort au président ivoirien Alassane Ouattara.

Après la nomination de Hamed Bakayoko au poste de Premier ministre de la Côte d’Ivoire, Ange Grah a réagi. Sa réaction apparaît comme un message fort qu’il envoie au président Alassane Ouattara. Dans ce message, il a laissé entendre : « On ne nomme pas un Premier Ministre sans lui demander de proposer un Gouvernement. Les ministres actuels ne le sont plus depuis le décès du Premier Ministre Amadou Gon. Toutes les décisions qui ont été prises dans le cadre des prétendus Conseil des ministres qui se sont tenus après la mort de ce dernier sont nulles juridiquement comme tous les Conseils des ministres qui vont suivre la nomination d’Ahmed Bakayoko.

Avec Alassane Ouattara on aura vraiment tout vu. Il croit que tout lui est permis. Cette forme extrême d’égocentrisme a toujours un prix et la c’est République qui le paye. S’il est certain qu’Ahmed Bakayoko n’est pas le premier prisonnier politique en Côte d’Ivoire, il est également certain qu’il est le seul Premier Ministre de l’histoire des Institutions ivoiriennes à qui a été dénié le droit constitutionnel de former son Gouvernement. C’est une humiliation parce qu’il s’agit là d’une manière de marquer aux yeux de l’opinion publique, qu’il sera un Premier Ministre de seconde zone.

Alassane Ouattara dit qu’on est à la troisième République, en réalité nous sommes revenus à la loi de la Jungle. Une République a une Constitution qui encadre la vie politique, on ne peut que constater aujourd’hui l’Etat de non-droit c’est-à-dire le retour à la loi du plus fort et c’est pathétique. Lorsqu’on décide d’élever une personne, on le fait en lui garantissant que toute la dignité rattachée à sa nouvelle position, lui soit entièrement reconnu. On ne le fait pas en essayant, dans le même moment, de le rabaisser.

Je ne suis certainement pas un fan d’Ahmed Bakayoko, mais si c’est à cause de quelqu’un comme Bictogo que le RHDP lui fait subir un tel affront, l’observateur que je suis peut soutenir sans risque de se tromper que le RDR est vraiment mort, parce que si ce n’était pas le cas, dans l’histoire de ce parti, il n’y avait pas photo entre la place occupée par Ahmed Bakayoko et celle d’Adama Bictogo. L’ingratitude est vraiment un trait de caractère dominant chez Alassane Ouattara. »

Lire aussi  Côte d’Ivoire : la liste complète des 17 membres du Comité exécutif d’Idriss Diallo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here