HomeInternationalCoronavirus : des tunisiens arrêtés pour avoir tenté de contaminer des agents...

Coronavirus : des tunisiens arrêtés pour avoir tenté de contaminer des agents de police

Coronavirus : des tunisiens arrêtés pour avoir tenté de contaminer des agents de police
Coronavirus : des tunisiens arrêtés pour avoir tenté de contaminer des agents de police

Par un communiqué en date du jeudi 16 avril 2020, le ministère tunisien de l’Intérieur, indiquait que deux hommes ont été arrêtés dans le cadre d’une enquête sur un « projet terroriste ».  Ces deux individus tentaient volontairement contaminer des agents de police au coronavirus, en leur toussant dessus.

Selon Houssem Eddine Jebabli, porte-parole de la Garde nationale, la police a mis la main sur ces deux hommes lundi à Kebili, dans le sud de la Tunisie.

A en croire le communiqué, le premier est un membre présumé d’un réseau jihadiste, soupçonné d’avoir usé de son « autorité morale » sur des partisans présentant les symptômes de la maladie de coronavirus.

Lire aussi  Il se donne la mort après avoir découvert qu'il est africain

Le second suspect, qui était d’ailleurs sous surveillance policière au moment de son arrestation et qui devait se présenter régulièrement dans les locaux de la police, indiquait qu’il a reçu comme consigne de tousser volontairement lors d’une de ces visites dans le but de contaminer les agents, selon le texte.

Mais le suspect n’avait pas pu mettre ses pieds dans les locaux ni entrer en contact direct avec M. Jebabli a précisé que le suspect n’avait pas pu entrer dans les locaux ni entrer en contact direct avec aucun des agents de la police. Ceci en raison des mesures prises pour lutter contre la propagation de la pandémie de coronavirus.

Lire aussi  Tunisie : le premier ministre Elyes Fakhfakh démissionne

Dans son communiqué, le ministère indique que des tests sont en cours pour voir s’il est vraiment porteur du virus. Le ministère ira encore plus loin en soulignant que pour l’heure, le parquet antiterroriste l’a placé en isolement obligatoire sous surveillance policière, jusqu’au résultat des tests, sans indiquer l’endroit.

Par ailleurs, il convient de rappeler que lors d’une opération de contrôle du confinement fin mars dernier en France, un policier s’était fait cracher dessus, soulevant la question de possibles poursuites pour mise en danger de la vie d’autrui.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here