Home International CEI : le PDCI boycotte la prestation de serment

CEI : le PDCI boycotte la prestation de serment

CEI : le PDCI boycotte la prestation de serment
CEI : le PDCI boycotte la prestation de serment

Attendu pour prêter serment devant le Conseil Constitutionnel, le représentant du PDCI à la CEI, Siaka Bamba, a choisi ne pas se présenter.

Ce jeudi 17 septembre 2020, le représentant du PDCI à la CEI, Siaka Bamba, devait prêter serment. Mais attendu jusqu’à 16h GMT  (heure locale), ne s’est pas présenté. Face à cet état de choses, le président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné, rapporte avoir joint le ministre de l’Administration du territoire pour le tenir informé.

Et c’est là que le ministre faisait savoir « qu’il est vraiment désolé, il vient d’avoir M. Siaka Bamba qu’il lui a dit que ce matin même, une réunion a été organisée au niveau de son parti au cours de laquelle il a été convenu qu’il ne devrait pas prêter serment », renseigne Mamadou Koné. 

Lire aussi  Côte d'Ivoire : après son exclusion de la liste électorale, Charles Blé Goudé réagit

Après cette explication, il déclare que « celui qui devrait prêter serment n’est pas là », ajoutant avoir mis aux aguets le Conseil constitutionnel depuis la veille afin de se préparer pour recevoir le serment de M. Bamba. 

Il faut souligner que Siaka Bamba devrait prêter serment en qualité de membre de la Commission centrale de la CEI. Et le Conseil constitutionnel avait déjà donné son accord pour cet événement en audience solennelle ce jeudi à 16h dans les locaux de l’institution.

Lire aussi  Côte d'Ivoire : Affi N'guessan dévoile les auteurs de l'incendie de son domicile à Bongouanou

Notons que jusque-là, le poste du représentant du PDCI au sein de la Commission centrale de la CEI reste toujours vacant alors qu’il doit être pourvu afin que cette instance ait son effectif au complet avant l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020.

Rappelons que pour cette élection, le président en exercice, Alassane Ouattara, est candidat pour la troisième fois. Une candidature que l’opposition qualifie d’anticonstitutionnelle et inconstitutionnelle. Mais le Conseil constitutionnel a d’ailleurs validé cette candidature de Ouattara.