HomeInternationalCEDEAO : Ouattara recadré pour son arrogance envers un Président africain

CEDEAO : Ouattara recadré pour son arrogance envers un Président africain

CEDEAO : Ouattara recadré pour son arrogance envers un Président africain
CEDEAO : Ouattara recadré pour son arrogance envers un Président africain

Au cours de la récente réunion des Chefs d’État de la CEDEAO sur la crise malienne, Embalo Cissoco a recadré le président ivoirien Alassane Ouattara droit dans ses bottes. D’après « Jeune Afrique », le président ivoirien a utilisé l’expression « FISTON » pour appeler le président bissau-guinéen.

Après avoir fait usage de l’expression « FISTON » pour désigner le chef d’Etat de la Guinée Bissau lors de la réunion des Chefs d’États de la CEDEAO, le président ivoirien a été recadré. « Il n’y a pas de fiston ici… Il y’a des Chefs d’État qui sont tous égaux. Et j’entends assumer pleinement la souveraineté de mon pays. », a répondu sèchement Embalo Cissoco. Il faut dire que c’est après que le président guinéen ait donné son avis sur les sanctions de la CEDEAO contre les nouveaux hommes Forts du Mali que cette scène a eu lieu.

Lire aussi  3è Mandat : lettre ouverte d'Affi N'Guessan à Macron

Le président guinéen poursuit en ces termes : « Si l’on doit condamner les militaires à l’origine du putsch, la conférence devrait aussi condamner les pairs qui souhaitent faire un 3ème mandat. La condamnation du coup d’Etat au Mali est légitime, mais la CEDEAO devrait adopter la même attitude pour ‘’tous les coups d’État’’ sans exception. »

Rappelons que ce n’est pas la première fois que l’actuel président ivoirien agit de la sorte envers les personnalités politiques. En effet, il avait traité en Octobre 2017, l’ancien président de l’Assemblée Nationale de « Jeune homme » quand bien même celui-ci était toujours en fonction. Une situation qui avait suscité de nombreuses réactions sur la toile ivoirienne.

On peut donc affirmer sans risque de se tromper qu’en Afrique de l’Ouest le président guinéen est un chef d’Etat à part. Il faut dire qu’au cours de la récente réunion de la CEDEAO consacrée au coup d’État survenu au Mali, Umaro Sissoco Embaló n’a pas hésité à s’opposer à la décision de certains chefs d’Etat.

Lire aussi  Côte d'Ivoire: Ouattara rend un vibrant hommage à KKB

Alors que plusieurs autres présidents condamnaient le coup d’Etat ayant renversé le régime IBK, le président guinéen a jeté un froid au cours de l’assemblée virtuelle.

Il a clairement laissé entendre qu’il serait illusoire de procéder à un rétablissement du président malien dans ses fonctions suite à sa démission publique et la dissolution du Gouvernement et de l’Assemblée nationale. Contrairement aux sanctions, il a invité ses pairs à accompagner le peuple malien pour une sortie de crise pacifique. A noter que sa position est appréciée par les autres présidents présents.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here