HomeInternationalCameroun : un directeur d’école tue son élève de 16 ans par...

Cameroun : un directeur d’école tue son élève de 16 ans par pendaison

Cameroun : un directeur d’école tue son élève de 16 ans par pendaison
Cameroun : un directeur d’école tue son élève de 16 ans par pendaison

À en croire les informations de la presse locale un homme très populaire d’une ville de Cameroun et directeur d’école aurait tué par pendaison son élève âgé de 16 ans après l’avoir violé par voie anale.

Il s’appelle Ndhale, directeur du C.E.S de Bitchoua Nord dans l’arrondissement de Tonga département du Ndé. Il est accusé depuis le 7 décembre d’avoir assassiné le jeune Bryan âgé de 16 ans qui était élève en classe de 2nde C au Lycée Bilingue de Bangangte, rapporte Afrique 24.

En effet, le jeune Bryan s’était rendu chez son directeur comme d’accoutumée pour certains travaux domestiques le samedi dernier. Celui-ci est resté jusqu’à la tombée de la nuit et ses parents se sont lancés dans sa recherche tout le week-end. Demandé au directeur, il a avoué que le jeune n’était plus chez depuis qu’il a fini les travaux.

Lire aussi  Cameroun : après sa prédiction sur Samuel Eto'o, le pasteur Chris Imela Joshua fait son mea-culpa

Par surprise, le lundi aux environs de 11h on retrouve le corps abandonné dans une maison de fortune suspendu au plafond. Agacée, la population s’est lancée dans la recherche du directeur puisqu’il a disparu. Mais, Ndhale a quand même avoué aux forces de sécurité avoir commis le meurtre.

Incontrôlable et sous la colère, la population de Bangangte a été sans merci sur les nombreuses maisons et biens de Math Teacher. Ses nombreuses maisons ont été incendiés, ainsi que tous ses biens, parmi lesquels, une Mercedes, son impressionnante ferme de poulets, des tonnes de maïs stockés, des mini cités pour étudiants à l’instar de Marcel City, des duplex etc.

Lire aussi  France - racisme dans la police : une reformulation institutionnelle déjà en cours?

Ayant appris que Math Teacher était détenu à la brigade de Bangangte, les motos taximens ont menacé de mettre la brigade en feu. Les autorités ont appelé Bafoussam pour solliciter un renfort. C’est ainsi que le GMI est venue le prendre pour l’amener à la police judiciaire de la capitale de la région de l’Ouest où il médite son sort en ce moment.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here