HomeInternationalBurkina Faso : le CHU-YO sanctionné pour son essai clinique sur l’Apivirine

Burkina Faso : le CHU-YO sanctionné pour son essai clinique sur l’Apivirine

Burkina Faso : le CHU-YO sanctionné pour son essai clinique sur l'Apivirine
Burkina Faso : le CHU-YO sanctionné pour son essai clinique sur l'Apivirine

L’Agence nationale de régulation pharmaceutique (ANRP) prend une sanction contre le Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-Y0). Dans une correspondance adressée au Centre, l’ANRP justifie la sanction en évoquant l’essai clinique réalisé sur l’Apivirine du Béninois Valentin Agon, dans le traitement de la Covid-19.

Le traitement des demandes d’autorisation d’essai clinique impliquant le CHU-YO est suspendu pour six mois. C’est une décision prise par l’ANRP qui n’approuve pas les agissements de ce centre hospitalier qui a abrité l’essai clinique effectué sur l’Apivirine, qu’elle juge de « pratique illégale ». « Cette mesure administrative fait suite à des informations que nous avons obtenues, faisant d’un cas d’une pratique illégale, assimilable à un essai clinique au sein de votre structure », peut-on lire dans le courrier.

Selon Aminata Nacoulma, Directrice générale de l’ANRP, ce produit ayant fait l’objet d’essai clinique serait utilisé dans les traitements des personnes dépistées positives à la Covid-19, dans le centre de prélèvement du CHU-YO. A l’en croire, ledit produit n’est pas autorisé et ne fait pas partie du protocole de prise en charge de la Covid-19 au Burkina Faso, tel que prévoient les dispositions légales qui intègrent l’hydroxychloroquine et/ou la chloroquine phosphate.

Vice de procédure…

L’Agence nationale de régulation pharmaceutique (ANRP) dénonce un vice de procédure dans la marche du CHU-YO, dirigé par Martial Ouédraogo. En effet, au Burkina Faso, aucun essai clinique ne peut être fait sans une autorisation délivrée par le ministère de la santé, après avis du Comité technique d’examen des demandes d’autorisation d’essais cliniques. Cela n’a visiblement pas été le cas de l’essai clinique réalisé sur l’Apivirine, dont la vente et la consommation avaient été interdites au Burkina Faso.

Lire aussi  Présidentielle au Burkina: Mahamadou Issoufou se prononce

Outre la suspension du traitement des demandes d’autorisation d’essai clinique impliquant le CHU-YO, l’Agence nationale de régulation pharmaceutique (ANRP) demande l’arrêt immédiat de la pratique en cours dans le centre et invite le Directeur général du CHU-YO à veiller au respect de la réglementation en vigueur.

L’ordre des médecins veut comprendre…

L’Ordre des médecins du Burkina Faso veut mieux comprendre la situation autour de l’essai clique réalisé sur l’Apivirine. Dans une correspondance en date du 18 décembre 2020, adressée au Directeur du CHU-YO, le Professeur Charlemagne Ouédraogo, Président du Conseil national de l’Ordre des médecins, se montre craintif et inquiet. « … ce produit (Apivirine) n’ayant pas encore fait l’objet d’une étude de toxicité ne saurait être administré à des personnes humaines au Burkina Faso sans avis du Comité national qui autorise les essais cliniques », a-t-il expliqué.

Pour rappel, selon un communiqué en date du 22 décembre 2020, signé par le Professeur Martial Ouédraogo, les résultats de l’essai clinique réalisé dans son centre confirment « l’efficacité et l’innocuité de l’Apivirine dans le traitement curatif du Covid -19″ chez les malades de leur échantillon initial. « Aussi son efficacité sur les malades à risque est indéniable, tous ayant été guéris après une amélioration précoce de leur état de santé. », avait-il conclu dans son communiqué.

Lire aussi  Burkina Faso : plus de 90 élèves sous-officiers radiés

Informations relatives à l’innocuité de l’Apivirine

Le profil d’innocuité du phytomédicament ‘‘APIVIRINE’’ a été analysée par les chercheurs burkinabé. Selon les résultats de cette étude scientifique, l’Apivirine du chercheur béninois présente « un bon profil d’innocuité ».

« Ce phytomédicament est classé dans la catégorie 5 du système de globalement harmonisé des Nations Unies, c’est-à-dire une substance pour laquelle la survenue d’intoxication aiguë est improbable dans les conditions normales de son utilisation. Il est donc improbable qu’une utilisation normale d’APIVIRINE, suivant les prescriptions médicales, induise une toxicité chez les patients traités. », peut-on lire dans le rapport relatif à l’innocuité d’Apivirine, consulté par Bénin Web TV.

« Sur la base des résultats à notre disposition, le phytomédicament présente une bonne qualité pharmaceutique et un bon profil d’innocuité. Ces résultats suggèrent que dans les conditions normales d’utilisation, APIVIRINE ne présente pas de risque inacceptable humaine. », a conclu le rapport signé par le Docteur Pharmacologue, Sylvin OUEDRAOGO, Directeur de l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) du Burkina-Faso.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here